Sujet de type 3 ou Synthèse

SUJET DE TYPE 3 OU SYNTHESE

PARTIE A : METHODOLOGIE

            Ce type de sujet concerne la géographie et l’histoire. Il est par essence très vaste et amène les élèves à parcourir plusieurs leçons voire parties du programme pour trouver les éléments de réponse.

Lorsque l’élève a à faire à ce sujet, il lui faut cultiver un esprit de synthèse afin d’éviter de transformer son travail en un fourre tout. Il faut d’entrée de jeu repérer le problème soulevé par le sujet et trouver dans les cours, les informations ou les idées qui vont aider à bâtir la démonstration. Il doit à cet effet, mobiliser, regrouper et organiser ses connaissances pour faire une démonstration cohérente.

La structure, l’organisation et les étapes restent les mêmes que celles d’une dissertation de type 1.

L’introduction comporte trois parties : le préambule, la problématique, le plan. Le corps du devoir est divisé en 2 ou 3 parties organisées en paragraphes. La conclusion comprend le bilan, la réponse à la problématique et l’ouverture.

PARTIE B. CORRIGES DES SUJETS DE TYPES 3 (HISTOIRE / GEOGRAPHIE)

SUJET 3 : L’évolution du tracé des frontières du Cameroun de la fin du XIXe siècle à 1920.

(PROBATOIRE A B 2009)

Le candidat insistera entres les traités signés entre l’Allemagne, la France et l’Angleterre ; les conséquences de la crise marocaine et la première guerre mondiale.

INTRODUCTION

En juillet 1884, le Cameroun devient un protectorat allemand. Ceux-ci vont dans la logique du principe de l’Hinterland, étendre les frontières du pays. Il est question dans ce sujet de montrer comment ont évolué les frontières du Cameroun entre 1884 et 1920. Pour cerner les étapes de cette évolution, intéressons nous d’abord au tracé des frontières entre la fin du XIXe siècle et 1910, par la suite, montrons l’incidence de la crise marocaine et de la grande guerre mondiale sur le tracé des frontières.

      Après la signature du traité Germano Douala, l’Allemagne entame d’étendre les frontières du Cameroun, elle va rencontrer d’autres puissances et signer avec elle de nombreux traités. Au niveau de la frontière Ouest : elle signe trois accords avec la France et l’Angleterre ; le 06 mai 1886 la frontière est prolongée jusqu’au Lac Tchad.

      Au niveau de la frontière Ouest elle signe trois accords avec les anglais : le 2 avril 1885 on a l’occupation de la côte, l’embouchure de la cross river et les chutes de Calabar ; le 06 mai 1886, elle est prolongée jusqu’au Lac Tchad.

       Deux traités sont par la suite signés avec la France ; le 24 décembre 1894 la limite sud est fixée à la rivière Campo et le 04 février 1894 la frontière sud-est est fixée. C’est ainsi que va naître le triangle camerounais que mesure 478 000 Km² et va connaître une autre évolution avec la crise marocaine et la grande guerre.

    En 1911, l’Allemagne est de plus en plus hostile, à la présence française au maroc. Elle va envoyer un navire marocain dans le port d’Agadir   ce qui entraîne une crise. En contre partie de ses mains libres sur le Maroc, la France octroie à la « colonie » allemande du Kamerun une bande de terre de 275 000 km² en AEF soit une partie du Gabon, du Congo et l’Oubangui. On a désormais le Neu Kamerun qui mesure 753 000 Km² et l’Allemagne cède également le « Bec de Canard » à la France. La grande guerre va faire connaître une nouvelle évolution au tracé des frontières.

     La guerre éclate en 1914 et dès 1916, les allemands sont chassés du Kamerun par les forces franco anglaises et belges. La France récupère les territoires cédés en 1911 et ne rétrocède pas pour autant le « Bec de canard ». Par les accords de Sykes Picot de 1916 les français et les anglais se divisent le Cameroun, la France prend les 4/5 du territoire soit 425 000 km² rattachés à l’AEF et la grande Bretagne les 1/5 soit 85 000 km² intégré au nigeria.

CONCLUSION : Le tracé des frontières du Cameroun  a évolué de l’installation des allemands en 1884 à leur départ. Les frontières établies en 1911 vont être modifiés par deux évènements : la crise marocaine qui contribue à l’expansion territoriale du pays et la grande guerre qui ramène ces frontières à ce qu’elles étaient en 1911 signant par la même, la partition du pays. Il faudra attendre 1961 et 2006 pour que le tracé des frontières connaisse une nouvelle évolution.  

 

PROBATOIRE C D E           2009

L’agriculture tropicale : conditions du milieu caractéristiques et problèmes.

INTRODUCTION : Dans la zone intertropicale, l’agriculture constitue un secteur clé de l’économie, l’activité la plus répandue qui occupe une grande partie de la population active. Dans ce sujet, il est question des traits majeurs et des problèmes de cette agriculture. Ceci implique que l’on s’intéresse tour à tour aux conditions naturelles de son développement, sà es caractéristiques et à ses problèmes.

  • LES CONDITIONS NATURELLES (2 à 4 idées à développer et à argumenter)

La zone intertropicale est une région d’une grande diversité sur tous les plans :

  • Diversité climatique entraînant le développement des secteurs agricoles et la diversité culturale
  • Diversité des milieux biogéographiques (savane, forêt, steppe)
  • Diversité pédologique (sols alluviaux, volcaniques etc)
  • Diversité topographique et existence de nombreux cours d’eau.

Du fait de cette diversité des conditions naturelles, cette agriculture présente de nombreuses caractéristiques

  • LES CARACTERISTIQUES (2 à 4 idées à développer et à argumenter)
  • agriculture dualiste (traditionnelle et moderne)
  • agriculture aux techniques rudimentaires et faiblement mécanisée
  • pratique de la polyculture vivrière
  • agriculture extensive ayant recours à la main d’œuvre familiale et aux rendements bas, utilisation peu prononcée des engrais chimiques et des produits phytosanitaires
  • agriculture de subsistance, pas d’excédents pour la commercialisation. L’agriculture tropicale est en proie à de nombreux problèmes
    • LES PROBLEMES (2 à 4 idées à développer et à argumenter)
  • Naturels : pauvreté des sols, aléas climatiques, destruction des plants par les animaux sauvages et les criquets
  • Techniques : faiblesse de la production, confiscation des meilleures terres par l’Etat et les riches, faible mécanisation, enclavement des régions agricoles, insuffisance des infrastructures de stockage etc.
  • Economiques : étroitesse du marché local, faiblesse des moyens financiers pour l’achat des intrants agricoles, absence de subventions des agriculteurs.

 

CONCLUSION :La zone intertropicale est une zone d’une diversité naturelle plus ou moins favorable au développement de l’agriculture. L’agriculture dans cette zone est à forte dominance d’autoconsommation, confrontée aux conditions du milieu et à la pauvreté des populations. La modernisation de cette agriculture ne contribuerait-elle pas à asseoir l’autosuffisance alimentaire des pays sous développés ?

SUJET 3 : L’ONU ET LA DECOLONISATION (Terminales)

Consigne de travail : Montrez le rôle de l’ONU dans la décolonisation du Cameroun et la création de l’état d’Israël.

Sujet III : Le Cameroun de 1884 à 1922 (Premières)

Consigne de travail : Vous insisterez sur le rôle des différentes puissances européennes dans l’évolution des frontières du Cameroun.

10 votes. Moyenne 1.90 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : dimanche, 02 Avril 2017

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×