Explication de texte Hist/ECM

 

PARTIE A : MÉTHODOLOGIE

      L’explication de texte est un exercice spécifique à l’histoire et à l’E.C.M. « C’est un exercice qui vise à clarifier, à éclaircir un texte, à dire en ses propres mots la pensée de l’auteur consignée dans un texte. Il est question ici d’identifier les idées maîtresses pour les mettre en rapport avec d’autres faits historiques. C’est pour tout dire, une dissertation basée sur l’exploitation du texte ; c’est la mise en valeur du contenu du texte par la présentation des idées forces et leur interprétation.Il obéit à certains principes et doit faire l’objet d’une préparation rigoureuse. Lorsque  il est proposé au candidat, il a comme composantes : le titre situé juste après SUJET II et qui donne l’orientation générale du travail Exemple : La question du Maroc ; un texte à expliquer, une source qui précise le(s) nom(s) de(s) l’auteur(s), les dates de publication du texte et l’ouvrage d’où il est tiré ; une consigne de travail et un questionnaire qui sert de guide au travail.

I- COMMENT S’Y PRENDRE ?

     D’entrée de jeu il faut lire déjà le titre qui indique le plus souvent l’idée essentielle ou générale contenue dans le texte, puis lire attentivement le texte plusieurs fois pour le comprendre et s’en imprégner. Au cours de cette lecture il faut souligner les mots clés, ou alors les encadrer, faire de même pour les dates et les noms propres.

Après cette étape, il faut trouver les éléments de l’introduction : nature, auteur, idée générale, plan. Par la suite, il faut relever les thèmes développés dans le texte ou idées force. Ici on lit chaque paragraphe du texte, on le résume et on dégage les idées qui y sont développées. On peut après classer les informations en fonction des thématiques. En fonction des questions, on peut choisir de souligner, de surligner ou d’encadrer les idées présentes dans le texte. Cette étape achevée, l’élève recense au brouillon les idées et les informations spécifiques et détaillées ainsi que les mots clés du texte en vue de leur organisation et pour les compléter avec ses propres connaissances. Car il faut le rappeler on part du texte et de ses idées qu’on explicite à l’aide de ses propres connaissances.

 

II - LA DÉMARCHE

Le sujet de type II obéit aux mêmes règles qu’une dissertation classique et comprend trois parties : l’introduction, le développement, la conclusion

A – L’INTRODUCTION : Elle correspond à la première question et comprend : la nature du texte ; l’identification de l’auteur et la présentation de sa biographie sommaire ; le contexte historique ; l’idée générale (la problématique ) et le plan.

1. De la nature du texte. (Voir identification présentation dans la partie commentaire de documents). Parmi les textes on a :

  • Des extraits d’articles ou des articles de journaux ou de revues scientifiques, de presse, de magazine ;
  • Des extraits d’ouvrage, et d’essai ;
  • Des extraits de manuels scolaires ;
  • Des extraits de mémoires (point de vue d’un auteur sur des événements passés),
  • Des extraites de mémoires académiques, de thèses ;
  • Des extraits de récits de voyage ;
  • Des lettres ;
  • Des discours officiels ;
  • Des interviews ; 
  • des archives ;
  • Des textes officiels (charte, convention, rapport) ;
  •  Des textes diplomatiques (Pacte, Alliance, Traité) ; -
  • Des textes juridiques ou administratifs (décret, arrêté, ordonnance, circulaire)

 2- L’auteur du texte et sa bibliographie : C’est la présentation sommaire de l’auteur. On dit qui il/elle est, sa fonction, son œuvre de manière très succincte (une à deux lignes). Si vous ne connaissez rien de l’auteur, contentez vous de juste le citer.

3- Le contexte historique : C’est événement ou l’action qui précède celui du texte, qui l’a induit, voire crée ou provoqué. Il précède alors l’événement consigné dans le texte. Pour illustrer: quand vous cognez votre pied par exemple c'est le contexte, vous tombez c'est le texte et le bobo que vous avez après c'est la portée historique. Pour l’annoncer, ce texte s’inscrit dans le contexte de….

4- De l’idée générale du texte et/ou la problématique : On lit le texte, et on le résume en un mot ou groupe de mot pour aboutir à l’identification du thème central, l’idée directrice, bref on dit de quoi parle le texte. Le secret consiste à lire chaque paragraphe du texte, à ressortir son idée maîtresse, puis recouper les différentes idées maîtresses pour aboutir à l’idée générale d’ensemble. De Plus en plus en Histoire, il est recommandé d'énoncer un problématique en lieu et place de l'idée générale

5- Le plan : il est suggéré par l’ordre et les numéros des questions intermédiaires. Il comprend deux à trois parties ou thèmes. A l’annonce du plan, on reprend les questions sous forme affirmative. Vous devez utiliser des verbes exprimant ce que vous avez l'intention de faire ou alors en rapport avec la réponse à une question posée. Ce choix est donc important. (Pour l’annonce du plan, voir verbes et modèle commentaire de documents). Vous ne devez pas être obligé de reproduire la question intégralement. Parfois, vous pouvez résumer en quelques mots la question pour annoncer votre plan (cf. exercice d’application)

Je retiens: Toute introduction d’explication de texte se décline en trois parties et se fait suivant deux approches:

 Si on privilégie l’idée générale (surtout en ECM), on aura :

· La présentation du texte (nature/auteur)

· L’énoncé du contexte historique (parfois absent) et de l’idée générale du texte

· L’annonce du plan

Si on privilégie la problématique en HISTOIRE, on aura :

· La présentation du texte (nature/auteur)

· L’énoncé du contexte historique et de la   problématique

· L’annonce du plan

B- LE CORPS DU DEVOIR OU EXPOSÉ

       C’est la partie charnière du devoir. Elle comprend deux à trois parties aérées (vous sautez une ligne entre les parties) et organisées en paragraphes constitués d’idées secondaires extraites du texte qu’on développe ou explicite.

    Pour chaque question, il faut identifier le passage du texte qui contient les idées qui vous serviront à la question posée. Préciser comment le texte aborde la question et les exemples qui l’illustrent : c’est la citation du texte. Pour le faire vous devez   construire une matrice synthétique d’idées ou d’éléments de réponse : vous  recensez dans le texte, les idées, les classez et organisez en fonction des questions. vous développez ou explicitez par la suite ces idées. Si vous considérez que ces éléments sont incomplets, vous recourez  à vos connaissances personnelles pour densifier ou meubler son argumentation. Chaque partie doit comprendre un certain nombre d’idées ou éléments de réponse (de 2 à 4).

    L’explication de texte est un savant dosage entre les idées tirées du texte et celles émanant de ses connaissances personnelles. L’élève part du texte dont il cite les passages ou extraits, en ressort les points saillants évoqués par l’auteur qu’il met entre guillemets. Il doit éviter de s’éloigner du texte, il ne s’en écarte que pour la recherche d’explications précises : il explique à l’aide du cours et de ses propres connaissances. Ce sont les connaissances extérieures au texte qui permettent de l’expliquer.

    Le corps du devoir est l’occasion de décrire, d’expliquer, de faire l’analyse proprement dite. Pour chaque partie, le candidat utilisera des introductions (au début) et des conclusions partielles ou transition pour passer d’une partie à une autre. Chaque partie doit comprendre entre 8 et 12 lignes. Il faut noter le  texte sert de support d'où sont tirées les idées que vous allez développer (c'est pourquoi les éléments tirés du texte doivent toujours être entre guillemets) ou alors des illustrations qui vont servir à étayer ou à meubler les idées que vous avez utilisées.

Exploiter le texte

    La réussite d’une explication de texte dépend de votre capacité à exploiter un texte. Ci-dessous quelques astuces:

Pour chaque question, rechercher les éléments du texte qui y sont en rapport, les souligner, surligner ou encadrer en fonction de la question;

    Encadrer les noms propres, les dates et les faits saillants présents dans le texte;

    Ressortir les éléments trouvés et le expliquer à l’aide de vos propres connaissances pour densifier ou développer les questions posées;

Le texte sert de support où sont tirées: les idées que vous devrez expliquer; des exemples qui serviront à illustrer les idées développées. Chaque fois que vous empruntez des éléments au texte, faut les mettre entre guillemets. «  »

C- LA CONCLUSION

Elle comprend 8 à 1O lignes articulées autour de plusieurs points. Une fois de plus tout dépend de l’introduction:

1– Si l’on a privilégié l’idée générale à l’introduction, on aura:

- Le bilan de l’analyse. il s’agit des grandes lignes du raisonnement, on dit comment il a été mené.

- la réponse à la dernière question : en 3 ou 4 éléments de réponse

- De l’intérêt du texte : on juge le texte, on le critique (Dans la mesure du possible)

-  L’élargissement ou ouverture : Il s’agit du prolongement de l’analyse dans le futur, des perspectives, des répercussions à court ou moyen terme de ce qui a été étudié dans le texte. L’ouverture apparaît parfois sous forme de question.

2– si l’on a privilégié la problématique, on aura:

· Le bilan de l’analyse. Il s’agit des grandes lignes du raisonnement, on dit comment il a été mené;

· La réponse à la problématique énoncée à l’introduction;

· L’ouverture.

Note: La dernière question peut être utilisée soit comme bilan, soit comme ouverture ou alors on peut trouver simplement des éléments de réponse.

CE QU’IL FAUT ABSOLUMENT ÉVITER DE FAIRE

Un résumé du texte, c'est-à-dire une réponse aux questions dans un style télégraphique ;

La paraphrase du texte, c'est-à-dire la répétition du texte sous une autre forme ;

Une réponse aux questions en une ou deux phrases et en utilisant des tirets ;

La numérotation des questions (le candidat perd deux points de la présentation ;

La récitation de son cours en oubliant de citer le texte -ça devient alors une dissertation qui ignore le texte ;

Parler des faits sans rapport avec le texte ;

Le changement de l’ordre des questions ou L’omission de réponse à une question La description du texte dans le détail.

ENTRAINEMENT EXPLICATION DE TEXTE EN HISTOIRE

Texte : l’ouverture de la Chine

      En Géographie, le Chine était « l’empire du Milieu », donc le centre du monde et l’unique source de civilisation. L’introduction massive et frauduleuse dans l’empire du Milieu d’opium provenant de l’Inde britannique ouvert le pays au commerce occidental, miné son économie, l’a plongé dans le chaos politique.
     Pour la première fois, le pays avait été vaincu par l’Occident et le traité de Nanjing (Nankin) constituait pour elle une terrible humiliation. Le pays était aux prises avec une situation économique effroyable, une agitation sociale quasi permanente et une croissance démographique sans précédent. Sa population était passée de 140 millions d’habitants en 1971 à 400 millions cent ans plus tard. La production agricole n’avait pas suivi. « Il ne s’est pas une seule année où des foules de personnes ne meurent de faim en une région ou une autre de la Chine »

                                                                           Denis TWITCHETT, L’Ouverture de la Chine, 1800-1850, Timelife, 1980

  1. Donnez la nature de ce texte, son auteur et dites de quoi il en est question
  2. Comment se présente la Chine en au 19e siècle sur le plan social et économique (Aide: Quels sont les passages du texte qui évoquent la situation de la Chine, comment illustrent-ils cette situation ?)
  3. Qu’est ce qui a permis l’ouverture forcée de la Chine et quelles en sont les conséquences ? (Aide : qu’est ce qui a permis l’ouverture de la Chine figure dans le texte, de quoi s’agit-il quant cela a-t-il eu lieu et quelles conséquences en découlent ?)
  4. Quels sont les autres avantages dont bénéficiaient les étrangers en Chine ? (Aide : Énumérez avantages, spécifiez leur nature et décrivez les !)
  5. Pourquoi les occidentaux et les japonais n’ont-ils pas réussi à dépecer la Chine comme ils l’ont fait pour l’Afrique ? (Aide : comment les chinois ont-ils réagi à l’impérialisme étranger ? Les étrangers ont-ils renoncé à dépecer la Chine ?)

INTRODUCTION : Nature du texte : Un texte extrait de l’ouvrage L’ouverture de la Chine ; Auteur : Denis TWITCHETT ;Idée générale : Les conséquences de l’ouverture forcée de la Chine. Plan I- Présentation de la Chine sur le plan social et économique. II- Les causes de l’ouverture forcée de la Chine et ses conséquences. III- Identification des autres avantages dont bénéficiaient les étrangers en Chine. Après ce travail, je recense du texte les informations ou idées qui vont m’aider à bâtir la démonstration. Nous les avons souligné dans le texte.

INTRODUCTION :

Le texte sur lequel se porte notre analyse est un extrait de l’ouvrage L’Ouverture de la Chine, dont l’auteur est Denis TWITCHETT, enseignant d’Histoire contemporaine. Dans cet extrait, l’auteur met en relief, les conséquences de l’ouverture forcée de la Chine. Il nous incombe de commencer d’abord de brosser la situation de la Chine sur le plan social et économique, puis Donner les causes et les conséquences son l’ouverture forcée et enfin d’énumérer les autres avantages dont bénéficiaient les étrangers dans ce pays. (Vous sautez deux lignes)

          Au début du 19e siècle, la situation sociale et économique de la Chine est catastrophique (IP)Sur le plan social le pays connaît une « croissance démographique sans précédent », qui s’accompagne malheureusement de nombreuses « agitations sociales » telles la famine, des troubles agraires et de morts liées aux calamités naturelles (inondations, séismes). (p 1)
            Le repli de la Chine sur elle-même va favoriser son retard économique. Sa situation économique est donc « effroyable » : les finances sont en désordre et ne permettent pas de construire routes, canaux. Les populations n’arrivent pas à payer leurs impôts « (p 2), Cette double situation sociale et économique désastreuse va favoriser l’ouverture forcée de la Chine (CP, vous sautez une ligne)

         Pendant longtemps, la Chine a vécu en autarcie. Elle va connaître une ouverture forcée aux conséquences graves. (IP)Cette ouverture forcée a pour cause, l’ « opium provenant de l’Inde britannique ». En effet l’ « introduction » de cette drogue en Chine va entraîner une guerre entre chinois et anglais, au sortir de laquelle les anglais seront vainqueurs et vont imposer le premier traité inégal à la Chine : celui de Nankin de 1842 à la Chine (p 1)
         Pour ce qui est des conséquences, on a l’humiliation de la Chine à cause de sa défaite face aux anglais, son ouverture au « commerce occidental » notamment 5 de ses ports. Cette ouverture de ses ports va « miner » son économie. On a enfin le fait que le pays a été plongé dans un chaos politique avec la rébellion des Taiping et des boxers. (p 2) L’ouverture forcée de la Chine va permettre aux européens de bénéficier de nombreux avantages en Chine (CP) (CP, vous sautez une ligne)

Parmi les avantages dont bénéficiaient les étrangers en Chine, on note (IP)    Les concessions : il s’agissait des concessions territoriales (territoire cédé à bail pour une durée déterminée) ou économiques (droit de construire un chemin de fer ou d’exploiter une mine) (p 1)
           En outre, il y avait aussi le droit d’exterritorialité qui consistait à soustraire les européens ayant commis des délits en Chine des juridictions chinoises. Celles-ci étaient jugées conformément aux lois en vigueur dans leurs propres pays. (p 2)

CONCLUSION

Bilan : la situation économique et sociale désastreuse de la Chine va favoriser son ouverture forcée aux conséquences graves pour ce pays.

EPREUVE E.C.M SERIES A B SESSION 2009

SUJET 2

TEXTE : L’indépendance politique

« Depuis longtemps, j’ai souvent lutté contre l’injustice…Je n’ai jamais compris…comment on peut concilier l’instruction que les européens nous donnaient à l’école, principes de civilisation, de morale, avec les actes que les européens commettaient vis-à-vis des populations noires…

            Alors, j’ai commencé à prendre de plus en plus conscience. J’ai commencé à étudier les révolutions dans l’humanité et très souvent la révolution française. Pourquoi ces gens se sont ils révoltés, pourquoi ont-ils lutté pour leur liberté ? J’ai compris vraiment que dans toutes les révolutions il y a un élément profond : c’est la lutte contre l’injustice, contre l’oppression…

            Revenu au Congo…j’ai proposé à mes amis de créer un mouvement d’union nationale. Deux mois après, il s’est ouvert à Accra la conférence des peuples africains…revenu d’Accra, j’ai organisé une manifestation où il y avait plus de dix mille personnes. J’ai dit « maintenant, il faut l’indépendance du Congo, il faut notre autonomie. »

Interview de Patrice LUMUMBA reproduite dans France Soir du 15 Février 1961

  1. Quelle est la nature du texte ? Qui en est l’auteur et quel est le contexte historique ?
  2. Dans le texte, l’auteur fait allusion aux révolutions dans le monde
  1. Qu’est ce qu’une révolution
  2. Présentez deux révolutions de votre choix
    1. quand l’auteur dit : « maintenant, il faut l’indépendance du Congo, il faut notre autonomie ». Il voudrait un Congo où le peuple jouit des libertés. Quels sont d’après vous les types de libertés dont l’auteur voudrait voir son pays jouir. ?
    2. Aujourd’hui, le Congo est indépendant, pensez vous que c’est un pays de libertés ? Justifiez votre réponse.
    3. D’après vous, l’auteur peut –il réussir ses ambitions à savoir faire du Congo un pays entièrement libre ?

 

INTRODUCTION : Le texte sur lequel nous nous penchons est l’extrait de l’interview de Patrice LUMUMBA, homme politique congolais, premier ministre en 1960 assassiné en 1961. Cette interview est reproduite dans France Soir du 15 Février 1961 et se situe dans le contexte de la décolonisation des territoires africains. Elle aborde précisément l’indépendance du Congo belge. Définissons et présentons deux types de révolutions, par la suite Identifions les types de libertés défendues par l’auteur et vérifions s’il malgré son indépendance, le Congo est un pays de libertés.

            L’histoire de l’humanité est jalonnée de révolutions. Celles-ci se définissent comme un ensemble de changements brusques et violents dans la structure politique, économique et sociale d’un pays.

            De nombreuses révolutions ont eu lieu dans le monde : c’est le cas de la révolution française de 1789 qui a renversé la monarchie et s’est soldée par la prise de la bastille le 14 Juin 1789 et la déclaration des droits de l’homme et du citoyen. On  a également les révolutions russes de 1917 qui ont entraîné l’abdication du Tsar Nicolas II, la prise du pouvoir par les bolcheviks et la création de l’Union soviétique.  Il est donc clair pour l’auteur que la révolution est un moyen pour obtenir les libertés.

     La liberté est un bien auquel aspire tout le monde et LUMUMBA aimerait voir son pays en jouir. Elle se définit comme l’ensemble des droits et privilèges de l’homme définis et garantis par la loi. Les libertés que l’auteur défend dans le texte sont : les libertés politiques perçues en termes de libertés d’expression, d’opinion et d’association. C’est pourquoi il évoque la « création d’un mouvement d’union nationale »

       On note également les libertés sociales : il s’agit de la lutte contre l’injustice, les inégalités sociales, de la lutte contre l’oppression. Malgré l’indépendance du Congo, les libertés y sont elles effectives ?

       Le Congo est devenu indépendant en 1960, mais sa position de scandale géologique a fait à ce que le pays soit en proie à une multitude de crises économiques, politiques et sociales. C’est l’un des pays africains constamment ravagés par la guerre civile, où il existe de nombreuses rébellions, des milices armées et où certaines provinces ont des volontés sécessionnistes.

      Le résultat est le suivant : les viols, les déplacements des populations, des exactions, le pillage des ressources. On peut conclure que le Congo est tout sauf un havre de paix

CONCLUSION : Au sortir de la colonisation belge, LUMUMBA présente son projet de société libre, indépendante, autonome. Mais trop ambitieux, il n’a pas réussi à réaliser son épure : faire du Congo un pays entièrement libre. Il sera froidement et sauvagement assassiné. La réalité du Congo semble confirmer que dans tout pays africain à fort enjeu géostratégique et minier, le jeu des puissances étrangères fait toujours voler en éclat l’indépendance politique et économique.

ENTRAINEMENT EXPLICATION DE TEXTE EN ECM

       « Le Congrès confédéral d'Amiens confirme l'article 2, constitutif de la CGT : « La CGT groupe, en dehors de toute école politique, tous les travailleurs conscients de la lutte à mener pour la disparition du salariat et du patronat ». Le Congrès considère que cette déclaration est une reconnaissance de la lutte de classe, qui oppose sur le terrain économique les travailleurs en révolte contre toutes les formes d'exploitation et d'oppression, tant matérielles que morales, mises en œuvre par la classe capitaliste contre la classe ouvrière. Le Congrès précise, par les points suivants, cette affirmation théorique : dans l'œuvre revendicatrice quotidienne, le syndicalisme poursuit la coordination des efforts ouvriers, l'accroissement du mieux-être des travailleurs par la réalisation d'améliorations immédiates, telles que la diminution des heures de travail, l'augmentation des salaires, etc. Mais cette besogne n'est qu'un côté de l'œuvre du syndicalisme : d'une part il prépare l'émancipation intégrale, qui ne peut se réaliser que par l'expropriation capitaliste, et d'autre part, il préconise comme moyen d'action la grève générale et il considère que le syndicat, aujourd'hui groupement de résistance, sera, dans l'avenir, le groupe de production et de répartition, base de réorganisation sociale. Le Congrès déclare que cette double besogne, quotidienne et d'avenir, découle de la situation des salariés qui pèse sur la classe ouvrière et qui fait, à tous les travailleurs, quelles que soient leurs opinions ou leurs tendances politiques ou philosophiques, un devoir d'appartenir au groupement essentiel qu'est le syndicat. Comme conséquence, en ce qui concerne les individus, le Congrès affirme l'entière liberté pour le syndiqué, de participer, en dehors du groupement corporatif, à telles formes de lutte correspondant à sa conception philosophique ou politique, se bornant à lui demander, en réciprocité, de ne pas introduire dans le syndicat les opinions qu'il professe au dehors. En ce qui concerne les organisations, le Congrès déclare qu'afin que le syndicalisme atteigne son maximum d'effet, l'action économique doit s'exercer directement contre le patronat, les organisations confédérées n'ayant pas, en tant que groupements syndicaux, à se préoccuper des partis et des sectes qui, en dehors et à côté, peuvent poursuivre en toute liberté la transformation sociale ».

                                    Déclaration adoptée le 13 Octobre 1906 par le IXe congrès de la CGT à Amiens.

1- Donnez la nature de ce texte. Dans quel contexte s’inscrit-il ?
2- Quelle est la condition des travailleurs et leur situation économique ? (Aide : Quels sont les passages du texte qui évoquent la situation économique des travailleurs, leurs conditions ? comment le texte illustre t-il ces deux éléments ?)
3- Qu’est ce qu’un syndicat ? Quels sont ses objectifs ? (Aide : définissez le syndicat, énumérez ses objectifs, quels sont ceux présents dans le texte, citez les en les mettant entre guillemets et expliquez les !)
4- Identifiez les moyens d’action préconisés par la CGT. A quel courant se rattachent-ils ? (Aide : quel est le moyen d’action que préconise la CGT dans le texte ? Ce moyen se rattache à quel courant ? Quels sont les autres moyens d’action de ce courant ?)
5- Les syndicats ont-ils réussi à améliorer la condition des travailleurs ? (Aide : quel a été le bilan de l’action syndicale, le syndicat a-t-il permis des avancées en terme de statut et de conditions des travailleurs ?)

INTRODUCTION :

         Le texte soumis à notre analyse est l’extrait de la Charte d’Amiens dont la déclaration a été adoptée le 13 Octobre par la CGT. Ce texte qui fait suite au mouvement de grève générale des travailleurs consécutifs à leurs conditions de travail, établit les principaux points du syndicalisme révolutionnaire ainsi que ses objectifs. Commençons par présenter la situation et les conditions des travailleurs au 19e siècle, puis définissons le syndicat et donnons ses objectifs et enfin, identifions les moyens d’actions préconisés par la CGT et la tendance à laquelle ils se rattachent.

          Au lendemain de la révolution industrielle, la situation des ouvriers et leurs condition économiques sont graves (IP)Les ouvriers travaillent dans de mauvaises conditions dans les usines. Ils travaillent pendant de longues heures. Ils sont en outre « opprimés et oppressés » par leurs patrons. (p 1)
          Pour ce qui est de leur situation économique, leurs salaires sont très bas et irréguliers. Ils sont « exploités » par des patrons qui ne songent qu’à leur profit au détriment de ce que gagnent les travailleurs (p 2) Les mauvaises conditions de travail et les bas salaires des travailleurs vont les amener à créer des syndicats pour se défendre. (CP)

         Les syndicats font leur apparition eu égard aux mauvaises conditions de travail (IP) Les syndicats se définissent comme des organisations de défense de l'intérêt des salariés (ouvriers, employés ou cadre). Ils se rencontrent dans plusieurs secteurs d’activités (p 1)
          La raison d’être des syndicats est la défense des intérêts de ses membres et la lutte pour l’amélioration des conditions de travail. Il œuvre ainsi pour la « diminution des heures de travail » soit de passer à cette époque à 8 heures de travail. Il milite également pour l’ « augmentation des salaires des ouvriers ». (p 2) Pour arriver là, le syndicat doit utiliser plusieurs moyens d’actions (CP)

          Pour défendre les droits des travailleurs, les syndicats usent de plusieurs moyens d’actions (IP)Lorsqu’on se réfère au texte, la CGT préconise comme moyen d’action, la « grève générale» qui consiste à paralyser tous les secteurs d’activité. Outre celle-ci, elle a aussi recours au sabotage, au boycott. (p 1)
         Ces différents moyens d’action se rattachent au syndicalisme révolutionnaire ou anarchiste. C’est une tendance qui veut détruire le capitalisme par la violence, la force, l’agitation quasi permanente. (p2)

CONCLUSION

(Bilan) Les mauvaises conditions de travail des ouvriers vont les amener à créer des syndicats pour défendre leurs droits et améliorer leurs conditions. (Réponse dernière question) On peut mettre à l’actif des syndicats de nombreux actes tels : la diminution des heures de travail, l’instauration d’une législation de travail etc. Autant de faits qui montrent que les syndicats ont réussi à améliorer la condition des travailleurs. (Ouverture) Mais, beaucoup reste encore à faire pour les syndicats, surtout dans les pays sous développés.

CORRECTION PROBATOIRE C.D.E 2010

TEXTE : la question du Maroc

  La situation économique avait été fixée en 1880 par la conférence internationale. Quand le gouvernement français a voulu étendre son influence au Maroc, il prit soin de s’assurer la bonne volonté de l’Italie, de l’Angleterre et de l’Espagne en leur laissant les mains libres respectivement en Tripolitaine, en Égypte et dans le Rift. Puis en 1904, il négocia avec le sultan un statut de collaboration franco-marocaine […] A la demande express du chancelier, Guillaume II débarqua à Tanger pour quelques heures (Mars 1905) et y eut un entretien avec l’oncle du sultan […] La conférence internationale d’Algésiras chargée de régler la situation du Maroc, fut une autre déception pour l’Allemagne […] L’Allemagne n’attendait qu’une occasion pour manifester son mécontentement. La France lui fournit elle-même : à la demande du sultan, du Maroc qui était assiégé par les rebelles, elle lança une expédition sur Fès en Avril 1911[…] Malet et Isaac, in La naissance du Monde Moderne, 1884-1914

A l’aide des questions guides et de vos propres connaissances, vous traiterez le sujet sous la forme d’une explication de texte.

1-Donnez la nature du texte, présentez les auteurs et le contexte historique
2-Dégagez du texte les fondements de ce que les auteurs appellent « la question du Maroc »
3-a) Montrez l’importance accordée à la question du Maroc par l’Allemagne
b) Comment se manifeste l’intervention allemande au Maroc
4- comment s’est réglée la rivalité franco-allemande ?
5- Quel rapport pouvez-vous établir entre la crise marocaine et la première guerre mondiale ?

INTRODUCTION

          Le texte sur lequel se porte notre analyse est un extrait de l’ouvrage, La naissance du Maroc moderne, 1884-1914, coécrit (car on a deux auteurs) par Albert Malet & Jules Isaac, historiens français de la première moitié du XXe siècle. Ce texte qui se situe dans le contexte des rivalités coloniales au Maroc, porte précisément sur les crises marocaines. Il nous revient de dégager dans un premier temps, les fondements de la question du Maroc, par la suite de montrer l’importance accordée au Maroc par l’Allemagne et dire comment s’y manifeste son intervention et enfin de dire comment s’est résolue la rivalité franco-allemande.

      Le Maroc est le seul territoire indépendant de l’Afrique du Nord. Il occupe une position stratégique. Cette situation attise ainsi la convoitise de plusieurs puissances européennes entraînant ainsi « la question du Maroc »Cette question du Maroc désigne l’ensemble des rivalités entre la France et l’Allemagne au sujet de l’occupation du royaume chérifien. La France voulant occuper ce territoire, « prit soin de s’assurer la bonne volonté de l’Italie, l’Angleterre et de l’Espagne », ayant des antécédents avec l’Allemagne elle va écarter celle-ci des négociations, ce qui va provoquer le courroux de l’Allemagne et son intervention. (Transition)

       L’Allemagne veut occuper le Maroc, pour assurer son monopole commercial et préserver l’indépendance du Maroc, c'est-à-dire faire du Maroc un Etat libre et indépendant. Mais devant la volonté de la France d’occuper ce territoire, elle est obligée d’intervenir.
         L’intervention de l’Allemagne commence en « 1905 » avec le discours que Guillaume II prononce à Tanger et dans lequel il proclame l’indépendance du Maroc. En 1911, devant l’intervention française au Maroc qui se termine par l’occupation de ce territoire, l’Allemagne voit envoyer une canonnière dans le port marocain d’Agadir. Face aux velléités de l’Allemagne, la France est obligée de négocier. (Transition)

         Après la deuxième intervention allemande au Maroc, des négociations sont engagées entre la France et l’Allemagne au sujet de ce pays en 1911 à Berlin. Au sortir de la conférence de Berlin, l’Allemagne laisse les mains libres à la France au Maroc.
         En contrepartie, la France octroie au protectorat allemand du Kamerun, une bande de terre de 275. 000 Km2. Ce qui porte désormais, la superficie de ce territoire 753.000 Km2. En 1912, par la convention de Fès, le Maroc devient protectorat français.

CONCLUSION

Les rivalités européennes au Maroc sont à l’origine de la question du Maroc dont la résolution va permettre à la France d’avoir les mains libres sur ce territoire. Cependant, cette question du Maroc va ouvrir les vannes à la première guerre mondiale car elle va cristalliser les tensions entre la France et l’Allemagne, tensions qui vont diviser l’Europe et ouvrir les vannes à la première Guerre Mondiale.

PROBATOIRE 2012

Texte: Résistance à la colonisation allemande

      Les administrateurs coloniaux allemands rencontrèrent des difficultés avec les indigènes en raison des politiques appliquées dans la colonie. Quelques unes de ces opinions irritèrent les populations autochtones dès les années 1890...
     Le refus de l'administration à prendre des mesures améliorant le bien être, la situation économique, politique et sociale des populations indigènes empira la situation. Les hostilités entre les allemands et les autochtones se produisirent sur l'ensemble du Cameroun, - du Sud au Nord et de l'Ouest à l'Est- bien qu'elles ne connurent pas la même intensité partout. La première opposition majeure à l'administration coloniale allemande, la guerre duala survint en décembre 1844 entre d'une part le roi Bell, qui avait soutenu l'annexion allemande et d'autre part les autres chefs et princes de Josstown et d'Hickorytown...
     La résistance des Bakweri à l'administration allemande débuta en 1891. Cette résistance fut menée par les Bakweri de Buéa.. Von Gravenreuth fut envoyé à Buéa avec quelques dahoméens pour punir les Bakweri... Le chef de Buéa, Kuva Likenye, déjà informé, les surprit... Gravenreuth fut tué. La tension régna à Buéa entre les Bakweri et les allemands d'autant plus que les premiers n'étaient pas satisfaits du recrutement par force et des mauvais traitements subis par les travailleurs indigènes...
     En 1887, les autorités allemandes décidèrent d'explorer la région Béti... Selon les ewondo, les troupes coloniales terrorisèrent et humilièrent les villageois et lorsque Essono Ela, un chef ewondo fut battu publiquement, le clan Mvog Betsi décida de se soulever.
     L'opposition la plus vive à la domination coloniale allemande au Cameroun vint des Douala. La résistance douala face au pouvoir résida dans les causes suivantes: Les Douala refusèrent d'être utilisés en tant que porteurs...
                                     Victor Julius NGOH, Cameroun, 1884-1985, cent ans d'histoire, CEPER, Taoundé, 1990, Pp 54, 56, 62.

A l'aide des questions guides et de vos propres connaissances, vous ferez l'explication du texte proposé.

  1.  Présentez le texte: nature auteur et contexte historique
  2. Expliquez la phrase soulignée dans le texte
  3. Les résistances à la colonisation allemande ont eu plusieurs causes: présentez les.
  4. Quelles sont les formes que prennent ces résistances?
  5. Au moment où éclate la Première Guerre Mondiale, le Cameroun est- il totalement soumis au Allemands?

PROPOSITION DE CORRECTION

Nature: texte tiré de l'ouvrage Cameroun, 1884-1985, cent ans d'histoire,
Auteur: Victor Julius NGOH, historien camerounais enseignant à l'Université de Buéa
Contexte historique: Conquête du Cameroun
Problématique: Quelles sont les causes, les formes et les manifestations des résistances à la conquête allemande du Cameroun?
Plan 1: Localisation des principales résistances 2- Causes des résistances 3- Formes de résistances

  • Matrice synthétique d'idées (ou Comment le devoir sera traité au développement)

I- Localisation des résistances
Idée 1: Tout le Cameroun a résisté aux allemands (selon le texte: Sud au Nord, Ouest en Est
Idée 2: Dans l'ensemble, les résistances n'ont pas été les mêmes  en fonction des régions. Transition: les résistances se déroulent dans l'ensemble du territoire et sont liées à plusieurs causes
II- Causes des résistances (on peut en choisir 3 et les développer mais avec préséance à celles du texte:
idée 1: Recrutement et travaux forcés des camerounais
Idée 2 : Expropriation des terres des camerounais
idée 3: Utilisation des Camerounais comme porteurs Transition Liées à plusieurs causes, les résistances des peuples camerounais vont revêtir différentes formes
III- Formes que prennent ces résistances
Idée 1: Forme passive: désobéissance civile: refus d'être utilisé comme porteurs, manifestations
Idée 2: Forme violente

INTRODUCTION:

   Le texte  sur lequel porte notre analyse est un extrait des pages 54, 56 et 62 de l'ouvrage Cameroun, 1884-1985, cent ans d'histoire dont l'auteur est Victor Julius NGOH historien camerounais et enseignant à l'Université de Buéa. Dans ce texte, l'auteur montre que suite aux conquêtes allemandes du Cameroun, les différents peuples vont résister. Quelles sont les causes, les formes et les manifestations des résistances à la conquête allemande du Cameroun? Successivement, localisons les principales résistances des peuples camerounais, donnons les causes de ces résistances et précisons les formes qu'elles prendront.

      La conquête allemande du Cameroun va se heurter aux résistances des différents peuples (ip).
     Dans l'ensemble, tous les peuples du Cameroun ont résisté aux allemands.  Au niveau de la côte, on a la résistance de Lock Priso, des Bakweri et de leur chef Kuva Likenye; Au Centre et au Sud, celle de Oba'a Mbeti, des Mvog Ada, de Manimben Tombi aux niveau des hauts plateaux, la résistance des Nso, des Bafut. Dans le Grand Nord, la résistance est surtout l'apanage des lamibés: Mohaman, Bouba Ndjida, Suberou...
     Toutes les résistances n'ont pas connu la même intensité: brèves au Sud, elles ont été très longues, violentes et farouches dans le grand Nord à cause de la tradition guerrière de ces peuples. Les résistances se sont déroulées dans l'ensemble du territoire et elles sont liées à plusieurs causes (cp)

       Les résistances camerounaises à l'occupation allemande ont été motivées par plusieurs raisons qui variaient en fonction des peuples.(ip)
       L'une des premières motivations des résistances est "le recrutement par force" des camerounais pour que ceux ci aillent travailler dans les plantations allemandes comme ce fut le cas pour les Bakweri ou alors dans les différents chantiers de construction de chemins de fer. Les camerounais subissaient de "mauvais traitements" dans ces chantiers et plantations
       On a également l'expropriation des terres des camerounais par les allemands pour l'implantation des plantations ou pour bâtir des zones résidentielles comme les douala qui ont été "chassés" de leurs quartiers par les allemands.
       Enfin, on a "l'utilisation des camerounais comme porteurs" En effet, comme il existait pas de routes et que les voies d'eau étaient peu navigables, les marchandises étaient transportées par les camerounais sur la tête et sur de longues distances. Les résistances camerounaises ont eu plusieurs causes mis aussi, ont revêtu différentes formes. (cp)

        Les formes que revêtent les résistances camerounaises dépendaient de la localisation des peuples qui résistaient et de la vigueur de leur chef.(ip) La première forme de résistance était la forme violente. Elle a surtout dominé dans le grand Nord à cause de la culture guerrière des Lamibés, du fait que ceux disposaient d'une puissante cavalerie, avaient une forte autorité  et étaient expérimentés dans la guerre sainte.
        La seconde forme de résistance était passive. Elle a surtout dominé dans le Grand Sud et consistait en la désobéissance civile, au refus de certaines populations d'être "utilisées comme porteurs", Les populations locales envoyaient également des pétitions au Riechstag allemand, elles refusaient de payer les impôts.

CONCLUSION:

       L'ensemble du territoire camerounais a opposé une farouche résistance à la colonisation allemande. Les résistances, sous tendues par plusieurs motivations ont été à la fois violentes et pacifiques. Au moment où éclate la 14-18, les résistances ne sont pas encore totalement éteintes, il subsiste quelques poches de résistance qui mènent des tentatives de soulèvement sous la conduite de chefs comme Douala Manga Belle ou Martin Paul Samba. Les exactions commises par les allemands au cours de leur présence au Cameroun n'ont- elles pas contribué à rallier contre eux les différents peuples lors de la 14-18 au Cameroun

TEXTE Diversité et formes de démocraties

         Dans le respect de ces principes généraux (suffrage universel, élections libres, pluralisme des partis, contrôle parlementaire), il existe cependant des nuances qui ne mettent pas en cause le caractère démocratique des pays qui se réclament de la démocratie libérale. Plus que la forme des régimes, c’est le mode de fonctionnement des démocraties libérales qui permet de les différencier.
         Dans le régime parlementaire, le gouvernement est responsable devant le parlement qui peut le renverser par le vote, à la majorité, d’une motion de censure. Le régime présidentiel est celui des États Unis. La constitution américaine a prévu une séparation absolue des pouvoirs, puisque le président, chef de l’exécutif, ne peut dissoudre le congrès et que ce dernier ne peut renverser le gouvernement dont les membres sont nommés par le président et ne dépendent que de lui.                                                                                

GAUTHIER et al. Histoire Terminales, nouvelle Edition, 1992.

En vous inspirant des questions ci après, et à l'aide de vos connaissances, vous répondrez aux questions sous la forme d'une explication de texte

1-     Présentez le texte. (nature, auteur…)
2-     Quel est le régime politique mentionné dans le texte. Dégagez ses caractéristiques.
3-     Ressortez les différences qui existent entre les deux formes de régimes politiques mentionnées dans le texte
4-     Les principes de la démocratie tels qu’appliqués au Cameroun permet- ils  de qualifier ce pays de démocratique ? Justifiez-vous

 Nature: Texte tiré du manuel scolaire Histoire Terminales
Auteur Sous la direction de Gauthier 
Idée Générale Principes et formes de démocraties
PlanI: Définition et caractéristiques de la démocratie (identification et définition du régime politique mentionné dans le texte, énumération de ses caractéristiques

II- Formes de régimes démocratiques mentionnées dans le texte, différences entre ces formes de démocratie)

 Introduction: Le texte sur lequel porte notre analyse est un extrait du manuel scolaire: Histoire Terminale, paru en 1992 sous la direction de Gauthier. Dans ce texte, il est question des principes et des formes de démocratie. Il est question pour nous d'une part, de définir et caractériser la démocratie et d'autre part, de ressortir les différentes qui existent entre les différentes formes de ce régime politique.

      La démocratie fait partie des régimes politiques les plus répandus dans le monde (ip). Elle se définit comme un régime politique où le peuple est à l'origine du pouvoir ou alors où le peuple exerce sa souveraineté. Prise dans cette acception, ce régime présente de nombreuses caractéristiques. (para 1)
     Les caractéristiques de ce régimes sont les piliers qui permettent de le définir. Il se caractérise par la pratique des "élections libres"; le "pluralisme politique" qui permet à différentes forces politiques d'exprimer leur point de vue; "le contrôle parlementaire" surtout dans des régimes démocratiques parlementaires. (para 2) Ce régime politique se présente néanmoins diverses en fonction des pays. (cp)

     Le mode de fonctionnement de la démocratie permet d'en distinguer plusieurs formes de ce régime à travers le monde (ip). Ainsi, les formes de ce régime mentionnées dans le texte sont  le régime parlementaire et le régime présidentiel. Ces deux régimes diffèrent par plusieurs aspects. (para 1)
    Dans le régime parlementaire,  il existe des actions réciproques entre le Parlement et le gouvernement (pouvoir exécutif) Le gouvernement est "responsable" devant le parlement qui exerce des "contrôles parlementaires" et peut d'ailleurs le "renverser" par des motions de censure. Par contre le régime présidentiel, le Président est le chef de l'exécutif, ne peut "dissoudre" le Parlement et en contre partie, le Parlement ne peut "renverser" le gouvernement dont les membres ne sont responsables que devant le Président. (para2)

Conclusion. La démocratie est un régime politique qui repose sur plusieurs piliers et qui revêt plusieurs formes aux caractéristiques différentes (Bilan). Le Cameroun a adopté comme régime politique, la démocratie et dans les faits, les critères de celles ci sont appliqués. mais, il n'en demeure pas moins que cette démocratie reste à parfaire (réponse dernière question). (ouverture: à votre choix, vous pourriez par exemple proposer des solutions pour améliorer la démocratie camerounaise)

TEXTE Lettre adressée au consul britannique M HEWETT établi dans le golfe de Guinée par King Bell, le 08 Mars 1881

Il y a longtemps que je voulais vous écrire, mais je ne le pouvais pas, parce qu’il n’y avait pas ici de bateau...
Je crois que vous êtes au courant que je suis désireux d'être avec mon pays sous le contrôle de sa majesté. J’ai écrit beaucoup de lettres en Angleterre, ce sujet, mais je n'ai reçu de réponse. Comme vous êtes le consul de l'Angleterre, je vous écris afin que vous exposiez ma requête au gouvernement anglais. Dites lui que je désire que mon pays soit gouverné par lui.
Cher monsieur, je suis fatigué de gouverner mon pays, chaque dispute amène toujours la guerre et souvent une grande perte de vies. Je vous demande pardon, faites tout ce que vous pouvez pour m'aider dans cette importante entreprise. Moi et mon peuple sommes entièrement disposés à faire tout ce que le gouvernement nous demandera de faire. King Bell (Prière de me répondre par le même bateau)           

CARFANTA (J.Y) Qui a peur du Tiers Monde? Paris, Seuil, 1980, P 132.

  En vous inspirant des questions ci après, et à l'aide de vos connaissances, vous répondrez aux questions sous la forme d'une explication de texte

1- Présentez le texte (nature, auteur, contexte historique

2 a) Quelles sont les motivations de cette lettre?

   b) pourquoi le choix du peuple douala ne s'est porté que sur l'Angleterre?

3- Quelle a été la réaction anglaise à l'issu de cette demande, pourquoi?

4- Suite à l'attitude anglaise, que devient le Cameroun?

TEXTE : L’expansion européenne

            Un jour, les peuples de l’Europe, pris de malaise économique, de fièvre coloniale, se sont agités et se sont répandus partout, cherchant à placer les produits de leur exubérante industrie. Dans ce mouvement d’expansion, ils se sont heurtés soit à des résistances indigènes, soit entre eux.           
            Le choc des intérêts a provoqué de nouvelles luttes ou ranimé d’anciens conflits. Au cœur de l’Afrique, au cœur de l’Asie, en plein inconnu se sont produits des évènements que cette revue ne saurait passer sous silence, car, en démontrant la nécessité comme l’insuffisance des informations de la Géographie, ils donnèrent une impulsion salutaire aux explorations de l’avenir, ils auront aussi enrichi nos connaissances d’un certain nombre de renseignements recueillis au cours des opérations militaires.

                Charles MAUNOIR & H DUVEYRIER, Revue Géographique 1885, « Le tour du monde »

  1. Présentez le texte (nature, son contexte historique…)    
  2. Quelle est d’après le texte, la principale cause de l’expansion européenne. Citez en deux autres d’autres.
  3. A quelles difficultés les puissances européennes vont- elles faire face en Afrique ?   
  4. Quelle conférence est organisée pour fixer les modalités de partage de l’Afrique ? Cette conférence a t- elle atteint ses objectifs ? Justifiez-vous 
  5. La domination des puissances européennes en Afrique n’a t- elle été que négative ? justifiez-vous

 

Introduction: Le texte sur lequel porte notre analyse est un article intitulé "Le tour du Monde" tiré de la revue Géographique, article co-écrit par Charles MAUNOIR et Henri DUVEYRIER. Après la révolution industrielle du 19e siècle, l'Europe connait de nombreuses mutations, d'où l'idée d'impérialisme. Cet article aborde précisément l'expansion européenne en Asie et en Afrique. Quelles les sont les causes de cette expansion et les difficultés auxquelles les européens auront à faire face en Afrique. Tour à tour, il convient de donner les causes de l'impérialisme, d'énumérer les difficultés auxquelles les puissances européennes feront face en Afrique et de s'interroger sur l'atteinte des objectifs du Congrès Berlin.

     De nombreux mobiles ont poussé les européens à se lancer dans l'aventure coloniale. Le principal mobile de cette expansion est avant tout économique: ainsi, victimes de "malaise économique" à cause des crises de surproduction agricole et industrielle, les européens vont se "répandre" partout. Ils cherchent aussi des débouchés pour les produits de leur "exubérante industrie". Il a néanmoins existé d'autres causes à cette expansion.      

    Celles ci sont entre autres, les causes démographiques avec la forte croissance de la population, il fallait  trouver des terres pour caser la population. De plus, les européens voulaient aussi apporter aux peuples d'Afrique et d'Asie, la civilisation d'où le caractère humanitaire de cette expansion. Quelque fut le mobile de cette expansion, les européens feront face à de nombreuses difficultés en Afrique et en Asie.

     Les difficultés auxquelles les puissances européennes feront face sont de plusieurs ordres. Ils ont été confrontés à des "résistances indigènes". Ainsi,  que ce soit en Afrique ou en Asie, les européens vont être confrontés à des résistances au cours de leur mouvement d'expansion coloniale, les unes plus  farouches que les autres: on a la résistance des Baoulés, des Bantus...
        Outre les résistances, ils vont également se "heurter entre eux" ce qui va donner lieu à de "nouvelles luttes". Ainsi, dans les premières heures de cette expansion, des rivalités vont opposer les puissances européennes entre elles: France / Belgique au Congo, France  /Angleterre en Égypte. Pour remédier à ces rivalités, il va se tenir une conférence à Berlin. (cp)

         Les rivalités coloniales européennes ont été à l'origine de la convocation du deuxième congrès de Berlin du 15 Novembre 1885 au 26 Février 1885. Cette conférence a été convoquée par le chancelier allemand OTTO VON BISMARCK pour fixer les modalités de conquête de l'Afrique.
          Partie pour mettre un terme aux rivalités coloniales, la conférence de Berlin sera loin d'atteindre cet objectif. Certes des modalités seront fixées pour la conquêtes des territoires en Afrique, mais des rivalités vont de nouveau opposer des puissances européennes en Afrique, ravivant "d'anciennes luttes": C'est le cas des rivalités franco allemandes au Maroc en 1905 et 1911.

Conclusion: Pour de multiples raisons, les puissances européennes se lancent à l'assaut de l'Afrique et de l'Asie, expansion au cours de laquelle ils feront face à de multiples problèmes qui vont nécessiter la convocation du 2e congrès de Berlin. La domination européenne en Afrique n'a pas été que négative, bien au contraire, lutte contre les maladies, évangélisation, construction des routes sont autant d'aspects positifs à mettre à l'actif des européens. Toute fois l'Europe avait t- elle besoin de dominer les continents africain et asiatique si elle voulait réellement leur apporter les bienfaits de la civilisation (d'autres pistes peuvent être exploitées pour l'ouverture)

 Texte: Répression et rébellion

           Parallèlement aux efforts de l’administration pour éliminer l’UPC du Cameroun, on multiplia les interventions à paris en vue de faire disparaître légalement l’UPC de la vie politique camerounaise; les deux moments importants furent les suivants:
             Le 2 Juillet 1955 au cours du comité de coordination du RDA réuni à Conakry, en Guinée, l’UPC et deux autres sections extrémistes (…) furent exclues du RDA. D’autre part, le 13 Juillet, le Conseil des Ministres français décida par décret d’interdire l’UPC (…) Cependant la principale raison qui dicta l’expulsion de l’UPC du RDA en 1955 est celle la même qui détermina le gouvernement français à organiser la répression, plus tard, à interdire le parti, à savoir l’hostilité à l’égard d’une organisation qui refusait d’abandonner son objectif d’indépendance pour le Cameroun au profit d’une intégration dans l’union française (…)
   Il faut d’ailleurs noter que, en Avril et Mai 1955, quand l’administration multiplia les pressions su l’UPC, deux parlementaires du RDA, M. TCHICAYA, député du Moyen– Congo et OUEZZIN COULIBALY, sénateur de Côte d’Ivoire tentèrent de convaincre l’UPC de s’aligner sur la politique du RDA, et de la France dans les colonies. M. COULIBALY assista même en tant qu’invité d’honneur, à la cérémonie d’inauguration du pont sur le Wouri le 15 Mai alors que l’UPC souhaitait boycotter l’opération

 Joseph Richard, Le mouvement nationaliste au Cameroun, 1986, Paris, Karthala, PP 304-305

  A l’aide des questions guides ci après et de ses propres connaissances, le candidat fera l’explication du texte proposé

  1.  Présentez le texte: nature, auteur et idée générale
  2.  a) Donnez la signification des sigles UPC et RDA

     b) Présentez succinctement le programme politique de l’UPC
3–  a) Qu’est ce qui explique l’hostilité de l’administration coloniale française à l’égard de l’UPC?
     b) Citez deux (2) faits qui montrent cette hostilité.
4- Quelle fut la contribution de l'UPC dans l'émancipation du pays?

INTRODUCTION

             Le texte qui fait l’objet de notre analyse est extrait des pages 304– 305 de l’essai (ou ouvrage) de Joseph Richard : Le mouvement nationaliste au Cameroun, paru en 1986. Dans  cet essai, l’auteur montre comment la répression de l’UPC a conduit à sa rébellion. Présentons d’une part, le programme politique de l’UPC et d’autre part, montrons l’hostilité de l’administration à l’égard de ce parti.

              L’UPC fait partie des tous premiers partis politiques du Cameroun. Son sigle signifie Union des Populations du Cameroun. Ce parti dès sa naissance a été rattaché à un grand parti africain unifié: le RDA qui signifie Rassemblement Démocratique Africain.
            L’UPC avait un programme politique basé essentiellement sur l’indépendance du Cameroun. Ce parti réclamait : « l’indépendance » immédiate  ainsi que la réunification des deux « Cameroun » . Ce programme politique va susciter l’hostilité de l’administration à l’égard de ce parti.

          L’hostilité de l’administration coloniale française à l’égard de l’UPC s’explique par le « refus » de l’UPC « d’abandonner son objectif d’indépendance pour le Cameroun ». On a également le refus de l’UPC de « s’aligner  sur la politique de la France dans ses colonies ».
         Cette hostilité se manifeste concrètement par « l’interdiction » de l’UPC le 13 Juillet 1955 de la scène politique, la « multiplication des pressions »  de l’administration sur ce parti, et surtout l’assassinat de ses leaders. 

 CONCLUSION

 L’UPC est un parti nationaliste qui par son programme politique va faire face à l’hostilité de l’administration coloniale qui se manifeste par de multiples pressions, son interdiction. Néanmoins ce parti  aura contribué à l’émancipation du pays à travers: l’éveil du nationalisme, la prise de conscience  etc. toute fois ce parti était– il obligé de choisir la voie du maquis pour se faire entendre?

Texte : Amnesty International

Amnesty International est une ONG qui défend les droits de l'homme. Cette organisation milite notamment pour la libération des prisonniers d'opinion, l'abolition de la peine de mort et de la torture et l'arrêt des crimes politiques. Afin de s'assurer de l'exacte observation des règles de droit international par les tribunaux qui ont à juger d'affaires politiques, d'enquêter sur les conditions d'internement et les allégations de torture, Amnesty International entreprend chaque année de nombreuses missions : ses envoyés sont présents comme observateurs lors de procès dont l'issue est présumée critique. Ils établissent des rapports sur ces procès et recueillent sur place des informations concernant les personnes emprisonnées pour leurs opinions.

Amnesty International publie chaque année un rapport rendant compte de la situation des droits de l'homme et de leurs violations dans l'ensemble des pays du monde,  des rapports dénonçant les incarcérations politiques pratiquées par les gouvernements de pays aussi différents que l'Indonésie, la Turquie, la Corée du Nord  etc. Ces différents rapports fournissent à l'opinion mondiale des renseignements chiffrés, des références aux textes et aux juridictions d'exception utilisés par les gouvernements et révèlent l'emplacement des prisons, des camps de travail, etc.

Depuis la fondation d'Amnesty International, des dizaines de milliers de prisonniers ont été libérés à la suite de son intervention. L'intervention engagée en faveur d'un prisonnier rappelle à celui-ci qu'il n'est pas seul et renforce la pression internationale pour le respect des droits de l'homme.

 Brochure distribuée Par Amnesty International en 2010

A l’aide de vos propres connaissances et des questions guides, vous ferez une explication du texte proposé.

  1. Présentez le texte
  2. A quelle catégorie d’association appartient Amnesty International ? Quelles sont les objectifs qu’elle poursuit ?
  3. Recensez dans le texte les moyens d’actions utilisées par Amnesty International pour atteindre ses objectifs
  4. Quel a été le bilan d’Amnesty international depuis sa création ?
  5. Qu’est ce qui peut expliquer le fait que les ONG comme Amnesty International soient vivement critiquées et combattues dans les pays du « SUD » ?
  6.  

TEXTE : Des hésitations anglaises au protectorat allemand

            A partir de 1850, des maisons de commerce anglaises, françaises et allemandes sont installées sur la côte du Cameroun.  Par ses missionnaires, ses commerçants et ses consuls, l’influence de l’Angleterre est prépondérante. Les chefs locaux écrivent lettre sur lettre pour demander la protection anglaise. Tandis que l’Angleterre hésite à prendre Douala dans sa tutelle, la France signe des traités avec les chefs Batanga et Malimba. Les chefs Douala se tournent alors vers l’Allemagne. Le 12 Juillet 1884, ils signent un traité avec la maison Woermann établie à Douala. Par ce traité, ils abandonnent leurs droits de souveraineté et d’administration. Le même jour, un navire de guerre allemand ayant à son bord le Dr Gustav Nachtigal arrive à Douala. Nachtigal vient pendre possession du Cameroun au nom de l’Allemagne. Le 14 Juillet, il hisse le drapeau allemand à Douala.

 Engelberg MVENG et Beling NKOUMBA, Histoire du Cameroun, Yaoundé, 1969, P 169.

 A l’aide de vos propres connaissances et des questions guides, vous ferez une explication du texte proposé.

  1. Présentez le texte (nature, auteur contexte historique etc.)
  2. Comment se traduit la prépondérance anglaise sur la côte du Cameroun ?
  3. Pourquoi les rois douala écrivent- ils aux autorités anglaises ? Quelle suite a été réservée à leur lettre ? Pourquoi ?
  4. Comment l’Allemagne s’attribue t- elle finalement le Cameroun ?
  5. Pensez vous que les « camerounais » vont regretter d’être passés sous protectorat allemand ?

INTRODUCTION

  1. Nature: Texte tiré de la page 169 de l'ouvrage: Histoire du Cameroun
  2. Auteurs: Texte co écrit par Engelbert MVENG et Beling NKOUMBA, historiens camerounais
  3. Contexte historique: Rivalités européennes sur la côte du Cameroun
  4. Problématique/idée générale: Circonstances dans lesquelles le Cameroun est devenu protectorat allemand

Plan: I- Montrer comment se traduit la Prépondérance anglaise sur la côte du Cameroun, II- Donner les Raisons pour lesquelles les chefs Doualas écrivent aux anglais et la suite réservée à leurs lettres. III- Montrer comment l'Allemagne s'est attribuée le Cameroun.

Plan détaillé (matrice synthétique d'idées)

  1. - Prépondérance anglaise sur la côte du Cameroun (avancée de l'évangélisation "missionnaires anglais", diverses relations commerciales "commerçants et maisons de commerce",  utilisation du pidgin comme langue de commerce et de communication)
  2. Les raisons: ils veulent "être sous la protection de l'Angleterre" Suite: refus de l'Angleterre de prendre "Douala sous sa tutelle" raison: Côte camerounaise considérée comme un accessoire économique de 2e 3e ordre
  3. Le Cameroun protectorat allemand: signature des traités entre les chefs doualas et les maisons commerciales allemandes, abandon des droits de souveraineté, le drapeau allemand est hissée le 14 Juillet 1884

 

Introduction: Le texte sur lequel porte notre analyse est extrait de la page 169 de l'ouvrage Histoire du Cameroun co-écrit en 1969 par Beling NKOUMBA et Engelbert MVENG respectivement historien, prélat et théologien camerounais. Ce texte qui fait suite aux rivalités européennes sur la côte du Cameroun présente précisément les circonstances dans lesquelles le Cameroun devient protectorat allemand. Tour à tour, on montrera comment se traduit la prépondérance anglaise sur le côte du Cameroun, les raisons pour lesquelles les chefs Douala écrivent aux autorités anglaises et la suite réservée à leurs lettres et comment le Cameroun devient protectorat allemand.

         De nombreuses puissances sont présentes sur la côte du Cameroun dès le début du 19e siècle. Mais de celles- ci, l'Angleterre est celle dont la présence est prépondérante. Cette prépondérance se traduit par l'avancée des relations commerciales avec les camerounais, d'où la présence des maisons de commerce et des "commerçants".
         Cette prépondérance se traduit également par l'avancée de l'évangélisation, d'où la présence des "missionnaires" de la London Baptist Missionary society à l'instar de Alfred Saker, Jackson Fuller.
          Enfin, on a la présence des "consuls" comme Beecroft et surtout l'utilisation du pidgin comme langue de commerce et de communication. Du fait de cette prépondérance, les chefs doualas vont solliciter l'angleterre comme puissance protectrice.

       L' Angleterre est la puissance qui est sollicitée par les chefs doualas. Les raisons qui expliquent cette sollicitation proviennent du fait que les chefs doualas veulent sous la "protection de l'Angleterre" et ils sont fatigués de se gouverneur eux mêmes. Ils vont écrire des lettres aux autorités anglaises pour concrétiser cette "protection"
         Malheureusement pour les chefs doualas, les autorités anglaises ne vont pas répondre favorablement à cette sollicitation d'où leur "non" officiel en 1882. La raison de ce refus est le fait que la côte du Cameroun soit considérée comme un accessoire économique de 3e ordre. Face à ce refus, les chefs doualas vont "se tourner vers l'Allemagne"

         Présents sur la côte du Cameroun depuis 1850, les commerçants allemands organisés en firmes commerciales parmi lesquelles "Woermann" vont nouer de nombreux accords commerciaux avec les populations locales. Ce sont ces accords commerciaux qui seront repris le 12 Juillet 1884 lors de la signature du traité germano Douala entre les représentants de cette firme et les chefs locaux. C'est par ce traité que le Cameroun devient protectorat allemand, les chefs douala abandonnant de facto leurs droits "d'administration et de souveraineté".
       Pour entériner ce nouveau protectorat, le consul Gustav Nachtigal va venir hisser le drapeau allemand à Douala. Le Cameroun devient effectivement un territoire protégé. Et ce statut sera entériné par le congrès de Berlin un an plus tard. 

Conclusion: De nombreuses puissances sont présentes sur la côte du Cameroun. L' Angleterre est la mieux placée pour conquérir cette côte, mais va hésiter à le faire. Ces hésitations vont profiter aux allemands qui en feront un protectorat. Toute fois, la signature de ce traité n'a pas été approuvée par tous les chefs locaux d'où les résistances et les regrets des anglais à cause des brutalités des méthodes allemandes, des travaux forcés. Que serait- il advenu du Cameroun s'il avait été conquis par l' Angleterre?

 Texte : Pouvoir militaire et répression

         Des mécanismes complexes de prévention et de répression ont été mis en place.
        Un rationalisme profond se cache sous les apparences. Pour être efficace, la violence doit être arbitraire. Si l’on excepte la respiration, toute activité humaine peut constituer un délit. En Uruguay, la torture est une forme habituelle d’interrogatoire : n’importe qui peut en être victime, et pas seulement les suspects ou les individus coupables d’actes d’opposition. Ainsi, la panique de la torture se répand parmi les citoyens, comme un gaz paralysant qui envahit chaque maison et s’insinue dans le cœur de chacun
       Au Chili, la partie de la chasse à l’homme a fait trente mille morts ; mais en Argentine, on ne fusille pas, on séquestre. Les victimes disparaissent. Les armées invisibles de la nuit se chargent de l’opération. Il n’y a ni cadavres, ni responsables. Ainsi, la tuerie – toujours officieuse, jamais officielle- s’effectue dans l’impunité totale, et l’angoisse collective se propage au maximum. Personne ne rend de compte à personne, on ne fournit pas d‘explications. Chaque crime est une douloureuse incertitude pour les familiers de la victime en même temps qu’un avertissement pour tous. Le terrorisme d’Etat se propose de paralyser les populations par la peur.       

Eduardo GALEANO, Les veines ouvertes de l’Amérique Latine, Coll. Terres humaines, Plon, 1981

  1. Donnez la nature de ce texte. Dans quel contexte s’inscrit-il ?
  2. Quel est le régime mentionné dans le texte ? Dégagez ses caractéristiques
  3. Quelles sont les méthodes de répression mentionnées dans le texte
  4. Identifiez les atteintes aux droits de l’homme dans ce type de régime
  5. Qu’est ce qui explique la disparition de ce régime ?

 

Le texte sur lequel porte notre réflexion est un extrait de l’essai ou ouvrage de Eduardo GALEANO, journaliste uruguayen intitulé Les veines ouvertes de l’Amérique Latine, paru en 1981, période marquée par l’essor du populisme en Amérique Latine. Ce texte porte sur les formes d’atteintes aux droits de l’homme dans les dictatures d’Amérique latine. Identifier le régime mentionné dans le texte et dégager ses caractéristiques, présenter les méthodes de  répression et les formes d’atteintes aux droits de l’homme constituent les grandes articulations de notre travail.

  • Identification du régime et présentation de ses caractéristiques
  • Dictature militaire caractérisée par :
  • Maintien au pouvoir d’un dictateur par la force
  • Concentration entre ses mains de tous les pouvoirs
  • Utilisation du terrorisme d’Etat
  • Interdiction des syndicats, des partis politiques transition : pour asseoir son emprise, la dictature utilise plusieurs méthodes de répression
  • Méthodes de répression
  • répression arbitraire, emploi de la terreur
  • tortures et séquestration, interrogatoires musclés
  • assassinat, accusations injustes (terrorisme intellectuel)
  • traumatisme et instauration d’un climat de peur chez la population. 
  • Atteintes aux droits de l’homme, on note :
  • Assassinats (trente mille morts au Chili)
  • Torture (Argentine, Uruguay)
  • Disparition des victimes
  • Exils forcés

 

Les dictatures militaires se sont installées en Amérique latine dans les années 60 et elles ont utilisé plusieurs méthodes de répression, faisant des milliers de morts. La disparition de ces régimes s’explique par la crise économique, les protestations populaires et le rétablissement des droits de l’homme. Ne peut-on pas regretter de nos jours ces dictatures ?

 Texte: Les appétits européens en Chine

         Depuis le début de l’histoire, la Chine est l’Etat le plus peuplé de la terre: elle compte 400 millions d’habitants vers 1850…
       Les chinois sont d’abord des paysans, menacés en permanence par trois fléaux: les famines, les épidémies et les guerres; écrasée en 1868, la révolte des Taiping, qui voulaient fonder l’empire de la « grande paix céleste » sous le signe d’un partage égalitaire des terres a coûté 20 millions de morts en 15 ans. Absolu en principe, le régime s’appuie sur une bureaucratie de lettrés, les mandarins, qui forment le sommet de la pyramide sociale. Pourtant le peuple accepte mal la domination étrangère de la dynastie mandchoue, établie en 1644. l’immensité du territoire et la lenteur des communications limitent le pouvoir de Pékin.
     … Mais, initiative anglaise, la « guerre de l’opium » la contraint, à partir de 1840, à s’ouvrir de nouveau à l’Occident: « les traités inégaux » la forcent à accorder à ces Blancs… des concessions...où les européens bénéficient de l’exterritorialité…
    A la fin du XIXe siècle, pour les étrangers, essentiellement les Européens, la Chine devient comme un eldorado riche de 400 millions de consommateurs… la défaite subie par la Chine devant le Japon en 1895 précipite la ruée des impérialistes à la recherche d’une part du « gâteau chinois ». Les chancelleries occidentales rêvent désormais de réaliser le break up of China.
  L’ouverture  forcée de la Chine au commerce occidental entraine obligatoirement des grandes transformations de l’économie chinoise; elles sont particulièrement brutales dans les villes. En Juin 1900, les Boxers, membres de la société secrète « le poing de la justice et la concorde » assiègent les légations étrangères à Pékin.

                   In Histoire de la fin du XVIIIe siècle au début du XXe siècle, GREHG/Seconde, Hachette Lycées, 1987, pp 389-390
       A l’aide de vos propres connaissances et des questions guides, vous ferez l’explication du texte proposé.

1– Présentez le texte: nature et contexte historique
2– Présentez les problèmes auxquels fait face la Chine au début du 19e siècle
3– a) Quelle fut la principale conséquence la faiblesse de la Chine?
    b) Comment s’est manifesté le « Break up of China »?
4– Décrivez les transformations que l’ouverture forcée de la Chine a entrainées?
5– Les Chinois sont– ils restés les bras croisés face à l’intrusion intempestive des occidentaux dans leur pays?

Travail préparatoire

Introduction

Nature et source: Extrait de texte tiré des pages 389-390 de l’ouvrage scolaire Histoire de la fin du XVIIIe siècle au début du XXe siècle

Contexte historique: l’impérialisme européen en Chine

Idée générale: Les appétits européens en Chine

Plan

I– Problèmes de la Chine au 19e siècle

II– La main mise des européens en Chine

III– Les transformations qu’a entrainées l’ouverture forcée de la Chine.

Conclusion

Bilan: Au 19e siècle, les faiblesses de la Chine facilitent son ouverture forcée qui entraine son dépècement et des transformations sur le plan économique et intellectuel.

RDQ: Face à cette intrusion, la résistance chinoise s’organise autour des sociétés secrètes et des mouvements intellectuels qui permettent à la Chine de retrouver son unité

Ouverture:

Introduction: Notre analyse porte sur un extrait de texte tiré des pages 389-390 du manuel scolaire Histoire de la fin du XVIIIe siècle au début du XXe siècle. Cet texte qui fait suite à l’impérialisme européen en Chine traite précisément des appétits européens dans ce territoire. Tour à tour, présentons les problèmes de la Chine au 19e, montrons comment s’est traduite la main mise des européens en Chine et les transformations subies par cet empire après son ouverture forcée.

      Au 19e siècle, la Chine fait face à des problèmes d’ordre politique et socioéconomique. (ip) Sur le plan politique, les chinois sont sous la « domination étrangère » des Mandchous et acceptent mal cette situation. L’armée chinoise est  faible et inefficace, les  fonctionnaires ou « mandarins » sont corrompus  et « l’immensité du territoire » ne permet pas son contrôle .
     Sur le plan socioéconomique, on note des « famines » et des « épidémies » fréquentes qui font des millions de victimes;  les communications sont lentes et aléatoires. Les terres sont confisquées par les étrangers et les  reformes agraires ne suivent pas. Ces multiples problèmes de la Chine en font alors une proie facile pour les puissances occidentales et le Japon (transition)
    

     La principale conséquence de la Chine sera son ouverture forcée. (ip)  Celle-ci va se faire par le biais des traités inégaux. On a le traité de Nankin en 1842; les traités de Tien– Tsin et celui de Shimonoseki signé après la « défaite subie contre le Japon en 1895 »
     Ces différents traités conduisent alors au démantèlement de la Chine qui se traduit par la perte des territoires vassaux (Annam, Corée, Formose, Port Arthur); la division de la Chine en zones d’influence et surtout d’importantes « concessions » économiques (exploitations des mines, construction des chemins de fer) des bases militaire et le droit « d’exterritorialité » accordés aux occidentaux. L’ouverture forcée de la  Chine va s’accompagner de nombreuses transformations (transition)
    

    Ces transformations sont de divers ordres: Sur le plan économique, on a l’introduction massive des produits européens en Chine; les construction des voies de communication; l’ouverture de la Chine au commerce extérieur
   Sur le plan sociopolitique, on note l’introduction des idées révolutionnaires par des étudiants formés en Occident; l’installation des « légations étrangères », l’européanisation de la Chine (écoles, religions), la chute de la dynastie des Qing et la proclamation de la république  etc.

 Conclusion: Au 19e siècle, les faiblesses de la Chine facilitent son ouverture forcée qui entraine son dépècement et des transformations sur le plan économique et intellectuel. Face à cette intrusion, la résistance chinoise s’organise autour des sociétés secrètes (boxers, Taiping) et des mouvements intellectuels qui permettent à la Chine de retrouver son unité.

SUJET II BACC A4 2014

Texte: Vers un renouveau de l’ONU?

       Créée en Juin 1945, l’Organisation des Nations Unies propose la gageure de faire œuvrer ensemble des pays que tout sépare… dans l’objectif de maintenir la paix et protéger les droits de l’homme. Le conseil de sécurité de 15 membres est habileté à entreprendre en permanence « toute action qu’il juge nécessaire » y compris le recours à la force, à condition que les cinq membres permanents soient d’accord. L’Assemblée générale qui représente tous les Etats (…) contrôle et formule les recommandations.
        Au départ, la désunion des deux grands paralyse le Conseil de Sécurité: l’ONU devient un relais de la guerre froide plus qu’un organisme de coopération internationale (l’Union Soviétique utilise 103 fois son droit de veto de 1945 à 1965 et en 1950, refuse de siéger au conseil, ce qui permet aux Etats Unis de combattre en Corée au nom des Nations Unies). Mais la décolonisation, multipliant le nombre des Etats indépendants, fait basculer la majorité automatique, dénoncée par les occidentaux, oriente l’action de l’ONU du côté de l’aide aux pays les plus pauvres…
     Pourtant, si le principe de non ingérence dans les affaires intérieures d’un pays limite l’efficacité de l’ONU, si les résultats politiques sont décevants, (les questions de désarmement nucléaires échappent à l’ONU), plusieurs actions vont dans le sens d’une réduction des tensions et des déséquilibres au sein de la communauté mondiale: l’entrée de la Chine populaire en 1971, celle des deux Allemagnes en 1973, l’intervention des forces de sécurité, le patronage d’organisations non gouvernementales.

« 1985: 40 ans de l’ONU » in Histoire de Terminale, Bordas, Paris, 1989, P 202

A l’aide des questions guides ci-après et de ses propres connaissances, le candidat fera l’explication du texte proposé.

1– Présentez le document: nature, idée générale et contexte historique

2– a) Quel est le but principal de l’ONU?

b) Présentez les principaux organes constitutifs de l’ONU

3– Montrez à travers deux exemples de votre choix, comment la guerre froide a fragilisé le fonctionnement de l’ONU

4– Expliquez la phrase soulignée dans le texte

5– A votre avis, l’ONU est– elle « ce machin » dont parlait de Gaulle?

Nature: Un article ou extrait de texte tiré du manuel scolaire: Histoire Tle

contexte historique : texte s’inscrivant dans le contexte des relations internationales au début des années 80 marquées par la baisse des tensions entres les deux grands et la politique d’ouverture prônée par Gorbatchev.

Problématique: Quel est le bilan de l’ONU après 40 ans d’existence?

Plan: 

I– But et organe de l’ONU

II– L’affaiblissement de l’ONU par la Guerre Froide

III– les réalisations de l’ONU

Introduction: Le texte sur lequel porte notre analyse est un article de journal intitulé « 1985: 40 ans de l’ONU » tiré du manuel scolaire Histoire Terminale. article s’inscrivant dans le contexte des relations internationales au début des années 80 marquées par la baisse des tensions entres les deux grands et la politique d’ouverture prônée par Gorbatchev. Quel est alors le bilan de l’ONU après 40 ans d’existence? Dresser ce bilan nous conduira successivement à citer le but et les organes de cette organisation; à montrer comment son fonctionnement a été miné par la guerre froide et à présenter ses réalisations.

      A la fin de la guerre de 39-45, une organisation supranationale voit le jour: Il s’agit de l’ONU. Son but principal est le maintien de la paix et de la sécurité internationales. C’est pourquoi le texte dit son « ’objectif de maintenir la paix et protéger les droits de l’homme » Pour atteindre cette épure l’Onu s’est doté de plusieurs organes.
      Les principaux organes constitutifs de l’ONU sont: L’assemblée générale qui en est l’organe délibérant. L’ONU dispose aussi de plusieurs conseils tels le « conseil de sécurité » constitué de 15 membres, le conseil économique et social, un secrétariat général organe administratif dirigé par un secrétaire général. créée pour garantir la sécurité mondiale, l’ONU va faire face à plusieurs obstacles dont la guerre froide (transition)

       Le fonctionnement de l’ONU a pendant longtemps mis à rude épreuve par la guerre froide. Depuis 1945, plus de 130 conflits ont éclaté dans le monde avec l’incapacité pour l’ONU de sanctionner l’agresseur parce que celui-ci était soutenu par un « grand » qui utilise « son droit de veto »: c’est le cas de l’URSS qui s’oppose à la condamnation de la Chine au Tibet.
       On a également le discrédit et l’affaiblissement de cette organisation pendant la guerre de Corée où profitant de l’absence de l’URSS au conseil de sécurité les Etats Unis au nom de l’endiguement du capitalisme ont profité pour attaquer la Corée au « nom des nations unies ». Malgré tout ceci, la guerre froide n’a pas pour autant occulté l’action de l’ONU (cp)
      

     En plus de 40 ans d’existence, l’ONU a accompli plusieurs réalisations:  Elle a réduit les tensions entre les Etats avec l’entrée dans le conseil de sécurité « de la Chine populaire en 1971 ».
     Elle a aussi intervenu dans les conflits par l’envoi des forces de sécurité : les casques bleus dans les régions du monde en conflit comme en Egypte en 1956 lors de la crise de Suez
     Enfin, grâce à ses différents organismes, elle a œuvré pour le développement (PNUD), réduit la faim dans le monde (PAM) et contrôlé l’action de certaines ONG (MSF, Green Peace)

 Conclusion: Créée en 1945, l’ONU a eu pour missions le maintien de la paix et de la sécurité mondiales et la promotion de la coopération entre Etats. Malgré la paralysie de son fonctionnement par la guerre froide, plusieurs actions positives sont à mettre à son actif. Malgré ses limites, l’Onu est loin d’être ce « machin » ou l’ organisation des nations inutiles comme l’aime le dire Maman. Elle est indispensable, même si aujourd’hui, il s’avère impératif de réformer son système de fonctionnement pour une plus grande efficacité de son fonctionnement.

 ECM PROBATOIRE 2014

  Sujet II

Texte: la Monarchie anglaise

    Depuis le Moyen Age, le pouvoir des rois d’Angleterre est limité par un Parlement qui, par exemple, vote l’impôt…
    En 1679, le Parlement vote l’Habeas Corpus qui garantit la liberté individuelle.
    En 1689 le Bill of Rights (Déclaration des droits) limite les pouvoirs du roi et garantit ceux du Parlement. Ainsi, l’application des lois, la levée des impôts ou d’une armée ne peuvent se faire sans l’accord de cette assemblée.
    Au cours du XVIIIe siècle, la liberté de presse et d’opinion se renforcent tandis que l’autorité du Parlement devient incontestée. La monarchie parlementaire anglaise constitue ainsi un modèle politique plus démocratique que celui de la monarchie absolue.

D’après V. ADOUMIE et C.  BRAIZAT, Histoire Géographie Education Civique 4e, Hachette Education 2006, P 48.

A l’aide des questions guides ci-après et de ses propres connaissances, le candidat fera l’explication du texte proposé.
1– Présentez le texte: nature, auteur et idée générale
2– a) De quel régime politique s’agit-il dans le texte?
b) Donnez– en deux de ses caractéristiques.
3– a) Relevez dans le texte deux étapes de l’évolution du régime politique anglais
    b) l’auteur déclare: « la monarchie parlementaire anglaise constitue ainsi un modèle politique plus démocratique que celui de la monarchie absolue ». Montrez le à l’aide de deux (02) arguments
4– Citez deux limites du régime politique anglais.

Nature: extrait de texte; auteurs : V. ADOUMIE et C.  BRAIZAT

IG: Evolution du régime politique anglais

Plan

I– Caractéristique de la monarchie

a) Identification du type de régime

b) Caractéristiques: parlement son rôle, rôle honorifique du roi

II– Etapes de l’évolution

a) étapes (les grandes dates figurant dans le texte)

b) Explication de la phrase du texte (les aspects de cette différence)

  Introduction: Le document qui fait l’objet de notre analyse est un extrait de texte provenant de l’ouvrage scolaire Histoire Géographie Education civique 4e, paru en 2006 aux éditions Hachette sous la direction de V ADOUMIE et C BRAIZAT. Ce texte traite de l’évolution de la monarchie anglaise. D’une part, on va dégager les caractéristiques de la monarchie et d’autre part, énumérer les étapes de l’évolution du régime politique anglais.

     Il existe dans le monde, de nombreux régimes politiques. Celui dont il question dans le texte est une monarchie parlementaire ou constitutionnelle. (para1)
     Celle-ci se caractérise par la toute puissance du parlement qui se traduit par « le vote de l’impôt », des lois, le contrôle du pouvoir exécutif par des questions orales, écrites et des motions de censure.  On note aussi le pouvoir limité du roi qui règne sans gouverner et qui n’a que des titres honorifiques. Il est de facto, le garant de la continuité des institutions.(para2) Ce régime politique a connu une évolution assez particulière. (transition)

      L’évolution du régime politique anglais s’est faite en étapes. Au moyen âge, on la grande charte imposé au roi en 1215 qui « limite  les pouvoirs » de celui-ci; En 1679, « l’Habeas Corpus » est voté par le parlement et garantit les libertés individuelles du citoyen contre l’arbitraire; en 1689 la déclaration des droits renforce les pouvoirs du parlement etc. (para1)
    Au terme de cette évolution, la monarchie parlementaire anglaise devient un régime libéral et plus démocratique que la monarchie absolue. Elle promeut la séparation des pouvoirs, garantit les libertés contrairement à la monarchie absolue qui est anti libérale et ou le roi concentre tous les pouvoirs entre ses mains… (para 2)

 Conclusion: Le régime monarchique anglais est le résultat d’une très longue évolution. Mais ce régime a de nombreuses limites: prépondérance du pouvoir législatif, de l’autorité du Premier Ministre, instabilité politique. Malgré ces limites, les anglais restent attachés à sa majesté et à leur régime politique.

  ECM BACCALAUREAT ACDETI 2014

Sujet 2 :

Texte : LE RAYONNEMENT DU CAMEROUN EN AFRIQUE

     Le premier succès diplomatique du Cameroun a été le prolongement au niveau du continent africain de sa politique de réconciliation nationale.
    Beaucoup de pays africains notamment, le Ghana, la Guinée, l’Egypte avaient accueilli les leaders camerounais des mouvements terroristes au moment de l’indépendance (…). Sur le plan international, à l’ONU notamment, les mêmes pays soutenaient bruyamment les mouvements d’opposition et leurs leaders. Le Cameroun par sa discrétion, sa politique de dialogue et de bon voisinage, son dévouement total à la cause de l’unité africaine et le succès de sa politique intérieure, a fini par faire tomber tous les préjugés et instaurer une véritable politique de réconciliation africaine. Tous ces pays ont fini par rejoindre les rangs des admirateurs de notre pays. Ils entretiennent aujourd’hui d’excellentes relations avec le Cameroun.
      La politique africaine du Cameroun, depuis l’indépendance a été, de l’avis des observateurs, exemplaire. Très tôt, notre pays a compris que l’unité du continent africain passe par la création d’entités sous régionales cohérentes et solides.

Engelbert MVENG, Histoire du Cameroun, Tome II, Yaoundé CEPER, 1985, P 293.

consigne de travail: A l’aide des questions- guides et de vos propres connaissances, vous ferez l’explication du texte proposé.
1- Présentez le texte : nature, auteur, source, idée générale
2- Présentez les caractéristiques de la diplomatie camerounaise.
3- Montrez que le Cameroun contribue à la consolidation de la paix et de l’unité africaines.
4- Les relations entre le Cameroun et ses partenaires de la sous régions sont- elles exemplaires ?

Nature: extrait de texte. Source: ouvrage Histoire du Cameroun. Auteur: Engelbert MVENG. Idée générale: Les succès diplomatiques du Cameroun.

Plan  I– Caractéristiques de la diplomatie camerounaise : 1– discrétion 2– rapport de bon voisinage 3– Non ingérence dans les affaires des autres états 4– Politique de dialogue / relations pacifiques

II– Contribution du Cameroun à la consolidation de la paix et de l’unité africaine: 1– entretien de relations pacifiques 2– Accueil des réfugiés 3– Envoi des troupes dans le cadre du maintien de la paix 4– Contribution à la création d’entités sous régionales

Introduction: Notre analyse porte sur un extrait de texte tiré de la page 293 de l’ouvrage Histoire du Cameroun écrit par Engelbert MVENG, prélat, poète et historien camerounais. Il est question ici, des succès diplomatiques du Cameroun en Afrique. D’une part, on va dégager les caractéristiques de la diplomatie camerounaise et d’autre part, montrer quelle a été la contribution de ca pays dans la consolidation de la paix et de l’unité africaines.

     Depuis son indépendance, le Cameroun a adopté une diplomatie qui repose sur de nombreux aspects. Sa diplomatie se caractérise par sa « discrétion » ainsi le pays affiche rarement son point de vue sur certaines questions concernant la vie d’autres Etats.
   On a aussi sa politique de non ingérence dans les affaires d’autres pays qui va en droite ligne avec celle de la discrétion et ne permet pas à ce pays de s’immiscer dans les affaires qui ne lui sont pas propres.
   Le Cameroun entretient aussi dans le cadre diplomatique des « relations diplomatiques » avec tous les pays de la sous région, la région et même avec les différents pays du monde.
   Enfin, on note, l’entretien des relations pacifiques et surtout la gestion pacifique des conflits comme celui qui l’opposait au Nigéria au sujet de la presqu’île de Bakassi. Cette politique diplomatique va permettre au Cameroun de jouer un rôle majeur dans la consolidation de la paix et le maintien de l’unité africaines.

      Le Cameroun est un acteur majeur dans consolidation de la paix et le maintien de l’unité africaines. Au rang de ses actions,  on a tout d’abord le fait qu’il prêche par l’exemple en entretenant des relations pacifiques avec tous les pays, exemple que les autres devraient imiter.. C’est pourquoi le texte dit « sa politique… a été exemplaire »
    On note aussi, que le pays est un pôle d’accueil des réfugiés des pays de la sous région en proie à de nombreuses crises sociopolitiques et militaires graves comme la RCA et le Nigéria.
    Il envoie régulièrement ses soldats lorsqu’il est interpellé pour les opérations de maintien de la paix comme en RCA dans le cadre de l’Union africaine ou de l’ONU;
   Enfin, il a contribué à la création de nombreuses organisations régionales ou sous régionales, participé régulièrement à des sommets contribué financièrement et surtout intellectuellement eu égard des postes occupés par les camerounais dans ces organisations.

 Conclusion: Le Cameroun, depuis son accession à l’indépendance a brillé en Afrique par une diplomatie d’ouverture et de recherche de la paix. Sa politique de gestion pacifique des conflits et de non ingérence lui permet de contribuer à la consolidation de la paix et de l’unité africaine.  Toute fois, les relations avec les pays de la sous région ne sont pas toujours empreintes d’exemplarité  et croulent sous le poids de nombreuses pesanteurs telles les querelles de leadership, la non application des accords de libre circulation et d’égoïsmes de ces derniers.  Ses voisins gagneraient à copier son modèle.

 

Texte : l’évolution des colonies, telle que la prévoyait Lyautey

    Ce n’est pas impunément qu’on été lancées à travers le monde les formules du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et les idées d’émancipation et d’évolution dans le sens révolutionnaire…
    D’abord, le fait seul de notre arrivée dans le pays, et à notre suite d’une immigration européenne croissante, de nos journaux, de nos habitudes de libre discussion et d’indépendance à l’égard de toute autorité aurait suffi pour secouer profondément le pays lui faire prendre conscience d’une foule de choses qu’il ignorait jusque là. Mais la guerre surtout a multiplié les points de contact. Des milliers de marocains sont allés en France, en Europe, et non seulement s’y sont battus côte à côte avec nos troupes, mais y ont servi dans les ateliers, ont séjourné dans les villes, ont appris le français, lu, écouté, et sont revenus imprégnés d’idées nouvelles. Source : Lyautey, lettre du 8 Novembre 1920.

A l’aide du texte et de ses propres connaissances, le candidat fera une explication du texte proposé.

1-    Présentez le texte (nature, contexte historique)
2-    Qu’entend t- on par droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et pourquoi y aspirent- ils ?
3-    Quels sont les éléments du texte qui montrent les contradictions internes du colonialisme ?
4-    L’auteur évoque une guerre. De quelle guerre s’agit –il et quel rôle a t- elle joué dans l’émancipation des peuples ?
5-    La décolonisation va t- elle résoudre les problèmes des pays africains ?

J’ai sous mes yeux un texte à expliquer comportant un titre : l’évolution des colonies, telle que la prévoyait Lyautey, une source qui indique le nom de l’auteur et la date de publication du texte et dans ce cas même, la nature du texte. Après avoir lu le texte et m’en être imprégné, je procède ainsi qu’il suit

Je trouve les éléments de l’introduction Nature : une lettre ou l’extrait d’une lettre; L’auteur : Lyautey au moment où il écrit la lettre, il est résident général au Maroc. Contexte historique : la naissance des mouvements d’émancipation dans les territoires colonisés. Problématique : Quels sont les facteurs qui ont permis l’émancipation des territoires ? Plan d’après mon questionnaire, mon plan aura trois parties

1ere partie : définition de droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et les raisons pour lesquelles les peuples y aspirent

2e partie : Identification des éléments du texte qui traduisent les contradictions internes du colonialisme

3e partie : la guerre mentionnée dans le texte et sa contribution à l’émancipation des territoires.

Finie cette étape, je trouve les éléments de ma conclusion

Bilan : Au sortir de la première guerre mondiale, les mouvements d’émancipation se généralisent dans les pays colonisés.

Réponse problématique : l’émancipation de ces territoires a été rendue possibles grâce des facteurs internes comme les contradictions internes du colonialisme et aux facteurs externes comme la guerre de 14-18

Ouverture : Loin de résoudre tous les problèmes des pays indépendants, l’accession à l’indépendance a au contraire crée de nouvelles difficultés à ces pays : instabilité politique, retard économique.  

Je peux désormais passer à l’exploitation de mon texte pour en ressortir les éléments qui vont constituer la matière première de mon développement. Pour la première partie, je dois emprunter au texte l’idée : « le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes » et le 2e paragraphe, je dois faire appel à mes connaissances personnelles.

Pour la 2e partie, j’aurai : « nos habitudes de libres discussion » ; « indépendance à l’égard de toute autorité » ; « prendre de conscience d’une foule de choses qu’ils ignoraient »

Pour la 3e partie, la date de parution de la lettre (1920) doit m’aider à identifier la guerre dont l’auteur fait allusion et pour sa contribution, on aura : « se sont battus côte à côte » ; « ont appris le français » ; « sont revenus imprégnés d’idées nouvelles » Je peux alors commencer la rédaction de mon devoir. Au total, mon devoir aura 3 parties ; la première aura 2 paragraphes, le seconde 3 et la dernière 2.

Introduction

Le texte sur lequel porte notre analyse est l’extrait d’une lettre écrite le 8 Novembre 1920 par le général Lyautey, alors résident général au Maroc. Cette lettre qui fait suite à l’avènement des mouvements d’émancipation aborde précisément les facteurs de la décolonisation. Quels sont alors les facteurs qui ont contribué à l’émancipation des territoires ? Répondre à cette question nous conduira successivement à : définir le concept du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et donner les raisons pour lesquelles ces peuples y aspirent, à relever les contradictions internes du colonialisme et a montrer le rôle de la guerre dans ce processus.

      Les pays européens ont conquis des territoires en Afrique entre le 18e et le 20e siècle. Mais au début du 20e siècle, les pays conquis vont aspirer à leur autonomie. (Mon IP). On appelle le « droit des peuples à disposer d’eux-mêmes », la volonté de ces peuples à accéder à l’autonomie, à s’auto diriger. On parle alors d’auto détermination. (Je repars à la ligne).
     Ces peuples y aspirent pour être libre, pour gérer leurs propres affaires et surtout pour s’affirmer comme territoires indépendants qui ne veulent plus être sous le joug d’une puissance colonisatrice. L’auto détermination des peuples est au goût du jour au début du 20e. Elle va être possible grâce aux contradictions internes du colonialisme. (J’ai fini ma 1ère partie, je saute une ligne)

     Les contradictions internes ont participé à l’émancipation des territoires (Ip). Par certains faits, le colonialisme lui-même a porté en lui, les germes de sa propre destruction. Ainsi dans le texte, l’auteur évoque les « habitudes de libre discussion » pour montrer que les blancs en Afrique disposaient de la liberté d’expression, évoquaient tous les types de sujets, alors que les mêmes droits étaient refusés aux noirs.
    On a aussi dans le texte, « l’indépendance à l’égard de toute autorité », un aspect qui traduit l’idée de liberté, de soustraction aux autorités, alors que les colonisés étaient soumis au strict respect des autorités, leurs droits politiques étaient bannis.
    Enfin, ces contradictions du colonialisme vont conduire les africains à « prendre conscience d’une foule de choses qu’ils ignoraient » et c’est fort de cela qu’ils vont comprendre qu’ils devaient revendiquer leurs droits. Ce qui va ouvrir les vannes aux mouvements d’émancipation. Si les contradictions internes du colonialisme ont favorisé les mouvements d’émancipation, ceux-ci connaitront une impulsion après la grande guerre (transition)

     La guerre dont l’auteur fait allusion dans le texte, est celle de 1914- 1918, premier grand conflit mondial qui a opposé les puissances européennes et ipso facto leurs différents territoires.
     Cette guerre qui a connu la participation des soldats africains va leur permettre de se « battre côte à côte » avec les européens, découvrant ainsi leurs faiblesses, leurs peurs. Elle va aussi leur permettre de parcourir la France où ils « ont appris le français » et ont fini à la fin de ce conflit par être « imprégnés d »idées nouvelles » en comprenant que tout ce qui se passait en Europe était complètement différent en Afrique.

Conclusion : Au sortir de la première guerre mondiale, les mouvements d’émancipation se généralisent dans les pays colonisés. L’émancipation de ces territoires a été rendue possibles grâce des facteurs internes comme les contradictions internes du colonialisme et aux facteurs externes comme la guerre de 14-18. Loin de résoudre tous les problèmes des pays indépendants, l’accession à l’indépendance a au contraire crée de nouvelles difficultés à ces pays : instabilité politique, retard économique.  

SUJET II

Texte: les premiers craquements de la domination coloniale au Cameroun en 1945

   La scène camerounaise était entièrement occupée par les blancs dont le nombre est estimé à environ à trois mille deux cents personnes et qui étaient représentés, pour une moitié, par les agents des services publics, et pour l’autre, par les colons, les commerçants, les professions libérales et les religieux. Ils étaient les maitres absolus et se comportaient comme tels. Séparés de la métropole depuis 1939, les colons avaient médité, à l’occasion de vacances ou de voyages d’affaires, l’exemple de l’Afrique du Sud. Ils rêvaient d’un statut de dominion avec un parlement blanc devant lequel le gouverneur exerçant le pouvoir exécutif serait responsable. Ils reprochaient au Général de Gaulle d’avoir voulu bruler les étapes en ignorant les lois d’évolution de l’espèce humaine et estimaient que, pour l’instant, l’essentiel était de s’opposer à tout changement politique qui sonnerait le glas de leur suprématie…

   Malgré sa belle assurance, le bloc des blancs était de moins en moins homogène; les nouveaux arrivants avaient une autre optique des idées libérales. Les jeunes chefs d’entreprise parlaient de dépoussiérer la maison et certains religieux refusaient même, disait– on de suivre les évêques ou leurs pasteurs traditionalistes. Enfin, le syndicalisme implanté à la veille de la guerre avait, contre vents et marées, obtenu sa reconnaissance officielle… face aux européens, la populations africaine s’apparentait à une nébuleuse opaque et menaçante.

Guy Georgy, Le petit soldat de l’empire, Flammarion, 1992 in Hatier, Histoire Terminale P 93.

En vous inspirant des questions ci-dessous et de vos propres connaissances, vous ferez une explication du texte proposé.

1– Présentez le texte: nature, auteur et contexte historique;

2– Relevez dans le texte les signes d’évolution de la situation coloniale et dites quels événements les ont provoqués.

3– Expliquez cette phrase du texte: « Ils reprochaient au Général de Gaulle d’avoir voulu les étapes… et estimaient que pour l’instant, l’essentiel était de s’opposer à tout changement politique qui sonnerait le glas de leur suprématie. »

 4– L’auteur compare la population africaine à une « nébuleuse opaque et menaçante ». Quel danger représente t– elle pour les Européens? Quelle est la situation politique et sociale du Cameroun à cette époque?

5– Le statu quo souhaité par les Blancs a-t-il perduré?

Exploitation du texte et rédaction

Introduction

Nature: extrait de texte

Source: ouvrage Le petit soldat de l’empire, cité dans le manuel scolaire Histoire Terminale p 96.

Auteur: Guy Georgy (écrivain et homme politique français)

Contexte historique: processus d’émancipation des colonies au lendemain de la 2e guerre mondiale et en particulier au Cameroun.

Problématique: Comment les européens agissent– ils face à l’amorce de l’émancipation du Cameroun français?

Plan

I– Manifestations et facteurs de l’évolution de la situation coloniale

II– L’opposition (ou reproches) des colons à la politique de De Gaulle

III– Situation politique et sociale au Cameroun en 1945

Exploitation du texte (idées contenues dans le texte, paragraphes par parties etc.)

I- Manifestations et facteurs de l’évolution de la situation coloniale

Paragraphe 1: (02 signes d’évolution) le développement des idées libérales des nouveaux arrivants « dépoussiérer la maison »; reconnaissance des syndicats « obtenu sa reconnaissance officielle »

Paragraphe 2: (o2) facteurs d’évolution: Rôle de la 2e guerre mondiale, rôle de l’église et de l’éducation

 II– L’opposition (ou reproches) des colons à la politique de De Gaulle 02 reproches

Paragraphe 1: Contexte: conférence de Brazzaville

Paragraphe 2: non respect de l’évolution étape par étape, car pour les colons, les camerounais sont encore inaptes à gérer leurs propres affaires; les colons estiment que De Gaulle ne connait pas la situation réelle du Cameroun qui a été géré depuis 1939 par les colons locaux sans se référer à la métropole

III– Situation politique et sociale au Cameroun en 1945

Paragraphe 1: danger: supériorité numérique des africains, révolte, revendication avec la création des premiers syndicats

Paragraphe 2: situation sociale (sentiment de frustration anime les camerounais, tensions dues à la privation des résultats de l’effort de guerre) politique (confiscation du pouvoirs politique par les blancs et lenteur de la mise en place des reformes)

Conclusion:Bilan: A partir de 1945, la situation coloniale du Cameroun évolue positivement grâce à un contexte internationale favorable. Réponse à la problématique: malgré les réticences et l’esprit conservateur de certains colons, le système colonial va commencer à se fragiliser et les premiers signes de l’évolution seront entre autres, la naissance du syndicalisme et la volonté de certains colons de faire évoluer le statut du Cameroun. Ouverture (ici, elle correspond à la dernière question) : Le statut quo souhaité par les blancs n’a pas perduré car à partir de 1946, le Cameroun connait de profonds changements.

Introduction: Notre analyse porte sur l’extrait de texte tiré de ouvrage Le petit soldat de l’empire, cité dans le manuel scolaire Histoire Terminale et dont l’auteur est Guy Georgy, diplomate et écrivain français. Ce texte s’inscrit dans le processus d’émancipation des colonies entamé au lendemain de la 2e guerre mondiale et en particulier au Cameroun. Comment les européens agissent– ils face à l’amorce de l’émancipation du Cameroun français? Trouver des éléments de réponse à cette question nous conduira successivement, à ressortir les manifestations et les facteurs de l’évolution de la situation coloniale, les reproches des colons à la politique de De Gaulle et à présenter la situation politique et sociale au Cameroun en 1945

        Au sortir de la deuxième guerre mondiale, la situation coloniale va évoluer au Cameroun. Les signes de cette évolution sont entre autres, Le développement des idées libérales chez les nouveaux colons qui arrivent avec des idées nouvelles. C’est pourquoi le texte évoque: « dépoussiérer la maison »; on a également la reconnaissance des syndicats de la part de la métropole, comme le texte l’évoque: « le syndicalisme...sa reconnaissance officielle ».

        Les facteurs ayant permis cette évolution sont en rapport avec le contexte international et l’action locale : il s’agit du rôle joué par la deuxième guerre mondiale avec la participation des camerounais à celle-ci en Europe; le rôle joué par l’éducation et l’église etc. Les premiers signes de l’évolution de la situation coloniale vont pousser les européens à s’opposer entre eux.

        À la conférence de Brazzaville de 1944, le général de Gaulle pour encourager les africains à l’effort de guerre, va leur promettre l’autorisation des syndicats et des partis politiques.

        Les colons vont alors s’opposer à cette politique de De Gaule lui reprochant: le non respect de l’évolution étape par étape, car pour eux, les camerounais sont encore inaptes à gérer leurs propres affaires; ils estiment aussi que De Gaulle ne connait pas la situation réelle du Cameroun qui a été géré depuis 1939 par les colons locaux sans se référer à la métropole. En somme, de Gaulle dixit les colons brûle les étapes. En dépit de leur propension à vouloir préserver leurs intérêts au Cameroun,  les colons redoutaient néanmoins la réaction des populations locales.

      Pour les colons, la population camerounaise représentait de nombreux dangers: il y avait sa  supériorité numérique, ensuite elle pouvait être encline à des révoltes, et aussi à des revendications avec la création des premiers syndicats qui mettaient en péril les intérêts des colons.

        Pour ce qui est de la situation sociale, on relève le sentiment de frustration anime les camerounais, des tensions dues à la privation des résultats de l’effort de guerre. Quant à la situation politique  on note la confiscation du pouvoir politique par les blancs et la lenteur de la mise en place des reformes annoncées par de Gaulle en 1944.

Conclusion: A partir de 1945, la situation coloniale du Cameroun évolue positivement grâce à un contexte international favorable. Malgré les réticences et l’esprit conservateur de certains colons, le système colonial va commencer à se fragiliser et les premiers signes de l’évolution seront entre autres, la naissance du syndicalisme et la volonté de certains colons de faire évoluer le statut du Cameroun. Le statut quo souhaité par les blancs n’a pas perduré car à partir de 1946, le Cameroun connait de profonds changements.

Sujet 2: Document

La démocratie est un système politique dans lequel la souveraineté procède de l’ensemble des citoyens.

La démocratie dont le principe fondateur « gouvernement du peuple par le peuple et pour le peuple »… est dite directe lorsque le peuple est investi d’une responsabilité effective sur l’ensemble des décisions ayant trait à la collectivité ou représentative lorsque le peuple délègue librement le pouvoir de gouverner à des mandats. A la fois conçue comme une valeur constitutive d’un objectif à atteindre (la liberté pour tous réalisée dans l’organisation collective) et comme une technique de gouvernement, la démocratie s’est incarnée dans de nombreux modèles selon des formes différentes.

Pour les cités– états de la Grèce classique comme Athènes, la démocratie directe opposée à la tyrannie et à l’oligarchie parait le modèle de gouvernement le plus adapté à de petites entités, soucieuses d’autonomie et dotées d’une forte homogénéité sociale. Tous les citoyens peuvent effectivement prendre la parole et voter à l’agora, l’assemblée de la cité, à l’exception notable des femmes, des esclaves et des métèques (non autochtones) qui, exclus de la citoyenneté, n’ont aucun droit politique.

Encarta 2008

A l’aide des questions guides et de ses propres connaissances, le candidat fera une explication du document proposé.

1– Présentez le document: nature, source, idée générale

2– Présentez les grandes formes de démocraties indiquées dans le texte en précisant pour chaque forme, un pays où elle est appliquée.

3. Expliquez la phrase soulignée du texte.

4– La démocratie en Grèce antique vous parait– elle totale?

5– Etes– vous d’avis que la pratique démocratique doit être uniforme dans le monde?

Introduction : Nature: Article tiré de l’encyclopédie numérique de Microsoft : Encarta. Idée générale: la démocratie dans le monde

Plan: I- Les grandes formes de démocraties (directe et représentative)

II- La démocratie comme objectif à atteindre et technique de gouvernement (Objectif/ Technique de gouvernement)

III- Les limites de la démocratie grecque (rappel fonctionnement démocratie grecque/Limite de cette démocratie)

Introduction: Le document sur lequel porte notre analyse est un article tiré de l’encyclopédie numérique de Microsoft : Encarta. Il est question ici de la démocratie dans le monde. Il est question pour de successivement, présenter les grandes formes de démocratie, de montrer que la démocratie constitue à la fois un objectif et une technique de gouvernement et recenser les limites de la démocratie grecque.

    La démocratie dans le monde se pratique de plusieurs manières. On a la démocratie « directe », où le peuple est directement consulté pour toute décision. Cette forme de démocratie s’appliquait dans la Grèce antique et subsiste de nos jours dans les cantons suisses.

      La démocratie « représentative » est la forme la plus appliquée actuellement compte tenu de l’évolution de la population et des difficultés liées à l’application d’une forme directe. Dans ce cas, le peuple délègue son pouvoir à des représentants pour qu’ils discutent et adoptent les lois en son nom.

     La démocratie apparait ici comme un idéal, un objectif à atteindre : la liberté pour tous. C’est le régime politique qui autorise toutes les formes de libertés (individuelles, collectives) Elle doit donc garantir ces libertés et permettre au citoyen de s’épanouir

      Comme technique de gouvernement, la démocratie est appliqué différemment et a de facto plusieurs conceptions : elle est alors libérale (régime parlementaire, présidentiel) ou alors populaire (basée sur le centralisme politique) avec un parti unique fort autour duquel s’organise toute la vie politique.

      C’est à Athènes, que le sort de la cité a été confié pour la première fois aux citoyens avec la mise sur pied de nombreuses institutions permettant effectivement aux citoyens de participer activement à la vie politique.

       Mais la démocratie grecque avait de nombreuses limites : tous les citoyens ne prenaient pas effectivement part aux débats. Etaient exclus, de la citoyenneté et donc du jeu politique, les femmes, les esclaves et les métèques ; elle avait aussi des traits d’oligarchie…

Conclusion: La démocratie s’impose de plus en plus dans le monde come principale forme régime ou de système politique. Elle ne saurait toute fois être uniforme au regard de la diversité des peuples, des civilisations voire du contexte sociopolitique. Mais quelle que soit la forme qu’elle épouse, ses principes fondamentaux doivent être préservés.

Sujet 2: Les accords de Greentree

    Le Nigeria reconnait que la souveraineté sur la presqu’île de Bakassi est camerounaise, conformément à l’arrêt de la Cour internationale de justice du 10 Octobre 2002 dans l’affaire de la frontière terrestre et maritime entre le Cameroun et le Nigeria.

    Le Nigéria s’engage à retirer l’ensemble de ses forces armées de la presqu’île de Bakassi dans soixante jours, à compter de la date de signature du présent accord. Si les circonstances exceptionnelles l’exigent, le Secrétaire général des Nations Unies peut prolonger ce délai autant que nécessaire, mais pour une durée totale n’excédant pas trente jours…

    Le Cameroun, après que le Nigeria lui aura transféré l’autorité, garantit aux ressortissants nigérians vivant dans la presqu’île de Bakassi, l’exercice des libertés et des droits fondamentaux consacrés par le droit international des droits de l’homme et les autres règles pertinentes du droit international.

     Le présent accord sera mis en œuvre de bonne foi par les parties, avec les bons offices du Secrétaire général des nations unies au besoin. Les Nations Unies, la république fédérale Allemande, les Etats unis d’Amérique, la République Française et le Royaume Uni de Grande Bretagne et d’Irlande du Nord seront les témoins de son application.

      Extraits des Accords de Greentree (New York), du 12 Juin 2006, in Affaire Bakassi de Guy Roger EBAA, presse de l’UCAC, Janvier 2008 Pp. 228-229.

A l’aide des questions guides et de ses propres connaissances, le candidat fera une explication du texte proposé.

1– Présentez le document: nature, auteur et idée générale.

2– a) De quel différend est– il question dans le document?

     b) Quelles en sont las causes?

     c) Qu’est ce qui justifie l’intervention des nations Unies?

3– a) Quelles sont les puissances témoins des accords de Greentree?

     b) Justifiez leur implication dans l’affaire Bakassi.

4– Les accords de Greentree peuvent– ils servir d’exemple pour le règlement des litiges frontaliers?

Nature : extrait de texte tiré des pages 228-229 de l’ouvrage Affaire Bakassi paru en 2008 aux presses UCAC; Auteur : Guy Roger EBAA, journaliste camerounais.Idée générale : Résolution du différend frontalier Cameroun Nigéria portant sur Bakassi. Plan (parties + idées)

I- Causes du conflit et implication des nations unies dans sa résolution

  1. Nature du conflit
  2. Ses causes
  3. Implications des nations unies
  4.  

 

II- Implication des grandes puissances dans cet accord.

  1. Puissances témoins
  2. Raisons de leur implication

 

Introduction : Il est soumis à notre appréciation, l’extrait de texte tiré des pages 228-229 de l’ouvrage Affaire Bakassi paru en 2008 aux presses UCAC et écrit par Guy Roger EBAA, journaliste camerounais. Il y est question de la résolution du différend frontalier Cameroun Nigéria portant sur Bakassi. D’une part, nous ressortirons les causes du conflit et l’implication des nations unies dans sa résolution et d’autre par, les implications des grandes puissances dans cet accord.

        Le Cameroun et le Nigéria pays frontaliers, ont eu à s’opposer et à même entrer en guerre, à la suite d’un différend qui les a opposés concernant la péninsule ou presqu’ile de Bakassi. Il s’agit d’un territoire de 1000 km2 riche en pétrole et autres ressources  halieutiques et stratégiques dans le contrôle de la navigation dans le golfe de Guinée.

      Ce territoire reconnu comme camerounais par le traité de 1913 signé entre l’Allemagne et l’Angleterre, respectivement puissances colonisatrices des deux pays sera illégalement occupé par le Nigéria, violant de facto l’intégrité territoriale du Cameroun. Ce qui amène le Cameroun à porter l’affaire à la Haye dans l’optique de l’éviction d’un conflit armé et de résolution pacifique du conflit.

      La cour internationale de justice de la Haye va se pencher en faveur du Cameroun, mais le Nigéria va rejeter l’arrêt de cette cour d’où l’implication de Koffi Ata Annan qui va mener des négociations entre les deux pays qui aboutissent aux accords de Greentree par lesquels le Nigéria rétrocède Bakassi au Cameroun, reconnaissant ainsi que « la souveraineté sur la presqu’ile de Bakassi est camerounaise ». La résolution u différend frontalier en dehors de l’implication a connu aussi celles des grandes puissances.

       Plusieurs grandes puissances  se sont impliquées dans la résolution de ce différend. Il s’agit de la « République fédérale Allemande ; les états unis d’Amérique, la République française, et les royaumes unis de Grande Bretagne et d’Irlande du Nord ».

        Ce sont surtout les raisons historiques qui impliquent cette implication : les royaumes unis de Grande Bretagne et d’Irlande du Nord ont colonisé le Nigéria puis géré le mandat et la tutelle sur le Cameroun et signé l’accord de 1913 qui définissait les frontières de ce pays et du Cameroun alors colonisé par la République fédérale d’Allemagne ; La France de son côté sera puissance mandatrice et tutélaire du Cameroun enfin, les Etats Unis du fait d’avoir abrité les négociations.

Conclusion : L’affaire Bakassi est un conflit frontalier qui a opposé le Cameroun au Nigéria et qui a été résolu par des voies pacifiques. Les accords de Greentree sont par conséquent un modèle de règlement de litiges car ils ont permis l’éviction dune guerre fratricide. Le cas de résolution des conflits du Cameroun devrait faire école dans le monde entier et inspirer de nombreux pays.

PROBATOIRE CDETI 2015

 Sujet II: Rudolph Douala Manga Bell: patriote de la première heure.

       C’est en un jour de grâce de l’an 1873 que le fils ainé du roi Manga Ndoumbé vint au monde. Très vite, il abandonne le confort douillet de la chefferie traditionnelle pour user ses fonds de culotte sur les bancs de l’école. Ses études primaires effectuées à Douala sont très brillantes. Ce qui lui permet entre autre d’obtenir une bourse d’études pour la métropole: il fréquente bientôt le lycée d’Ulm en Allemagne. Ensuite, il étudie le droit à l’université de Bonn…

       Le jeune prince peut alors amorcer un retour au pays natal. Nous sommes en 1896. Au Cameroun, il rentre d’abord en service comme fonctionnaire de l’administration coloniale qui le met aux petits soins. Mais lui n’en a cure… Il a ainsi le courage de quitter sa « confortable » situation de fonctionnaire pour se mettre entièrement au service de sa communauté dont il  devient le chef supérieur à la mort de son père le 2 septembre 1908.

       Commence alors le temps des incompréhensions et des incertitudes, car, très rapidement, le nouveau king se brouille avec l’administration allemande au sujet de l’expropriation des terres. En effet, en 1910, les colons veulent occuper le plateau Joss à Douala pour y installer leurs services officiels et le quartier résidentiel européen. Les Douala, conduits par la sagacité de leur chef supérieur, protestent à plusieurs reprises contre cette mesure qui les prive de leurs terrains. Leur argumentaire repose — comme de bien entendu– sur le terrain du droit. Ils évoquent avec force justesse, l’acte fondateur, le traité germano– douala signé avec Edouard Woermann…

       Le 15 janvier 1913, le décret officiel d’expropriation est néanmoins pris. La contestation se fait alors moins sourde et plus violente… Rudolph Douala Manga Bell perçu à juste titre comme le principal animateur de la protestation est destitué le 04 août 1913… le chef supérieur est rapidement mis aux arrêts, au moment où la guerre de 1914 qui allait aboutir à la première conflagration mondiale vient d’éclater.

       … Vers cinq heures de l’après midi, de ce 8 août 1914, Rudolph Douala Manga Bell est pendu en compagnie de son secrétaire Ngosso Din.

Christophe Mien Zok, Cameroun à la croisée des temps: une publication du comité central du RDPC, Yaoundé, 2001, pp 50-51

A l’aide des questions guides et de vos propres connaissances, vous ferez une explication du texte proposé.

1. Présentez le texte : nature, auteur et conteste historique

2. Montrez que Douala Manga Bell est un produit de l’administration allemande.

3. a) Présentez l’origine du conflit qui oppose Douala Manga Bell à l’administration allemande

b) Pourquoi Manga Bell évoque t-il le traité germano-douala?

4.a) Quel est le dénouement du conflit qui oppose Douala Manga Bell à l’administration coloniale allemande?

b) Montrez que le contexte international de l’époque a joué un rôle dans ce dénouement.

5. Les allemands ont-il pour autant conservé le Cameroun?

 

Introduction : Notre réflexion pour sur  l’extrait de texte tiré des pages 50 & 51 de l’ouvrage Cameroun à la croisée des temps dont l’auteur Christophe Mien Zok est directeur du palais des congrès. Ce texte s’inscrit dans le contexte des résistances camerounaises à l’administration allemande. Pourquoi Douala Manga Bell décide t-il de résister aux allemands ? Tour à tour on va montrer présenter Douala Manga Bell, produit de l’administration allemande, donner l’origine du conflit entre les douala et les allemands et son dénouement.

     Rudolph Douala Manga Bell fait partie des principaux camerounais ayant résisté à l’administration allemande. Ce dernier est né en 1873. Prédestiné à devenir chef, il va être inscrit à l’école par les autorités allemandes et clôt son cycle primaire par l’obtention « d’une bourse d’étude pour l’Allemagne » allouée par lesdites autorités

     Après des études universitaires, il va rentrer au pays, où il va occuper un poste dans l’administration coloniale en qualité de « fonctionnaire », où une fois de plus, il est « aux petits soins » Toute fois malgré tous les avantages dont il bénéficiait, Manga Bell va succéder à son père et devenir le chef Bali, d’autant qu’à l’horizon se profile un conflit entre les douala et les allemands.

      Le conflit qui oppose les allemands aux doualas se trouve dans l’acte d’expropriation des terres des doualas à la suite du décret signé le « 15 janvier 1913 ». En effet, les allemands veulent occuper le plateau Joss pour en faire un « quartier résidentiel européen » et y installer les « services officiels ». Ils ne veulent pas par conséquent cohabiter avec les populations indigènes pour de multiples raisons. C’est pourquoi Douala Manga Bell en sa qualité de chef va s’opposer vigoureusement à cette mesure.

      Pour sa défense, il va évoquer le traité signé en 1884 avec les allemands dont une des clauses en l’occurrence l’article 3 stipulait : «Les terrains cultivés par nous et les emplacements sur lesquels se trouvent des villages, doivent rester la propriété des possesseurs actuels et de leurs descendants. » La prise du «  décret officiel d’expropriation » apparait alors comme une violation flagrante des dispositions de ce traité.

     Malgré la contestation « sourde » des douala, et l’action énergique de leur chef, le décret sera appliqué, les doualas se verront expulser de leurs terres et relogés dans les quartiers prévus à cet effet. Leur chef Rudolph Douala Manga sera accusé de haute trahison et «destitué le 04 août 1913 » puis « pendu le 08 Août 1914 ».

     La rapidité avec laquelle les allemands vont s’empresser de liquider l’affaire douala Manga Bell est en majeure partie due au déclenchement de la première guerre mondiale. Face à ce conflit, il était impératif de résoudre tous les problèmes internes afin de se consacrer exclusivement au conflit.

     Conclusion : En 1913, les allemands décident de signer l’acte d’expropriation des terres des douala. Rudolph Douala Manga chef Bali va s’opposer énergiquement à ce qu’il considère comme une violation du traité germano douala et par conséquent engager le mouvement de résistance. Malgré sa destitution, sa pendaison, les allemands ne parviendront pas pour autant à conserver le Cameroun, du fait de l’hostilité des douala et de l’action combinée des forces coalisées franco anglaises et belges.

SUJET II

Texte :

    La constitution de 1787 est fondée sur le principe de la totale séparation des pouvoirs. Pendant les quatre ans que le président gouverne, aucune crise ministérielle n’est possible… Les ministres ne sont pas responsables devant le congrès. Ils ne forment pas une équipe solidaire, ne sont responsables que devant le président et doivent exécuter ses ordres.

    Un européen habitué au régime parlementaire a l’impression qu’un seul homme peut prendre une décision qui engage le destin d’une nation et parfois l’humanité.

F&C MANASTA, Pouvoir, société et politique aux Etats-Unis, Payot, 1970

  1. Quelle est la nature de ce texte ? Qui en est l’auteur ?
  2. Présentez les pouvoirs du président de la république dans ce régime politique
  3. Ces pouvoirs peuvent-ils conduire à la dictature ? Justifiez votre réponse
  4. Qu’est ce qui explique l’absence de crise ministérielle dans ce régime ?
  5. Peut-on considérer ce régime comme un modèle de démocratie ?

 

Introduction : Le texte sur lequel porte notre analyse est un extrait de l’essai ou ouvrage de F&C MANASTA : Pouvoir, société et politique aux Etats-Unis paru en 1970. Il porte sur le fonctionnement du régime présidentiel américain. Présentons les pouvoirs du président dans ce régime, voyons s’ils peuvent conduire à la dictature et expliquons l’absence de crise ministérielle dans ce régime.

  • Présentation des pouvoirs du président de la République
  • Chef de l’Etat et du gouvernement
  • Nomme ses secrétaires qui sont responsables devant lui
  • Commandant des forces armées
  • Dirige la politique extérieure
  • Absence de responsabilité devant le congrès. Transition : l’inventaire des pouvoirs du président laisse présager que ceux-ci peuvent conduire à la dictature, mais est ce vraiment le cas ?
  • Vérification si les pouvoirs peuvent conduire à la dictature
  • régime né de la volonté de mettre sur pied un exécutif fort, ce qui explique l’hégémonie duprésident, mais en aucun cas ces pouvoirs ne peuvent conduire à la dictature car :
  • il existe une séparation rigoureuse des pouvoirs
  •  
  • le congrès exerce un véritable contrôle sur la présidence en créant des commissions d’enquête sur son action
  • existence d’autres organes de pression ou lobbies. En aucun cas, ces pouvoirs ne peuvent conduire à la dictature.
  • Explication de l’absence de la crise ministérielle
  • définition de la crise ministérielle et des conditions dans lesquelles elle peut survenir
  • elle est absente aux Etats-Unis car les secrétaires sont responsables devant le président et non le congrès
  • ce dernier peut les révoquer en cas de problème.

Conclusion : Le régime présidentiel américain est caractérisé par un président aux pouvoirs forts, l’absence de crise ministérielle. Ce régime peut être considéré comme un modèle de démocratie car  il y existe tous les principes de la démocratie et en plus le président est doté d’importants pouvoirs. Si ce régime est adapté au contexte américain, il va trouver dans d’autres régions des réalités différentes et s’adapter générant ainsi des variantes.

  1.  

Epreuve HISTOIRE, Séries A B session 2009

Texte : Le grand Trek Boer

… Les cafres et les Hottentots avaient été asservis par les colons hollandais. Pour dominer les hollandais, qui ne voulaient pas les obéir, les anglais suscitèrent des révoltes dans le personnel africain dans les fermes. La loi anglaise de 1823 abolissant l’esclavage plaça les colons dans une position économiquement difficile. Ils sont incapables d’exploiter les terres sans avoir recours à la main d’œuvre servile.

     Les hollandais décidèrent alors d’abandonner leur pays. Conduits par leurs chefs Triuchardt, Von Rensburg et Pet Retief, ils émigrèrent vers le Nord avec leurs familles et les troupeaux. Ils se heurtèrent aux populations cafre et zoulou et furent en partie massacrés dans le Natal en 1833 et 1837. D’autres suivirent la vallée de l’Orange et purent fonder un Etat libre dont la capitale est Bloemfontein. D’autres enfin franchirent le Vaal et créèrent la république du Transvaal. Ces établissements se faisaient au détriment des économies locales d’où des guerres  incessantes avec les autochtones. Dans la colonie du Cap, le peuplement anglais se substituait au peuplement Boer et bientôt les populations cafres, débarrassées de l’esclavage devraient connaître les contraintes de l’administration britannique.

ASSOI ADIKO, Histoire des peuples noirs, CEDAR- Abidjan, 1969

  1. Présentez le texte : nature, auteur, contexte historique
  2. Quelles sont les causes des guerres entre les autochtones et les boers ?
  3. Qu’est ce qui explique le départ forcé des boers vers le Nord ? Quel nom a-t-on donné à ce mouvement ?
  4. Quelle est la réaction anglaise vis-à-vis des nouvelles républiques boers ?
  5. Quels sont les problèmes crées par la cohabitation de ces nombreux groupes humains dans la région ?

Nature : Extrait de l’ouvrage Histoire des peuples noirs,

Auteur : ASSOI ADIKO, historien

Contexte historique : Luttes pour le contrôle de l’Afrique du Sud

Idée générale : Causes du grand trek des boers

  • Identification des causes des guerres entre boers et autochtones
  • Présentation des raisons expliquant le départ forcé des boers vers le Nord et nom donné é ce mouvement
  • Montrer quelle a été la réaction des anglais vis-à-vis des républiques boers

 

INTRODUCTION : Le texte sur lequel porte notre analyse est un extrait de l’ouvrage, Histoire des peuples noirs paru en 1969 et rédigé par ASSOI ADIKO. Ce texte qui se situe dans le contexte des luttes pour le contrôle de l’Afrique du Sud, porte sur les causes du grand trek des boers. Donnons les causes des guerres entre autochtones et boers, expliquons le départ forcé des boers vers le Nord et le nom donné à ce mouvement et montrons quelle a été la réaction anglaise vis-à-vis des républiques boers.

      Les boers sont se sont installés en Afrique du Sud depuis le 16e siècle. Ils vont y trouver les populations locales, mais la cohabitation ne sera pas facile, ce qui va entraîner des guerres dont les causes sont : L’asservissement des autochtones par les boers. En effet, les boers utilisaient les autochtones comme fermiers  dans leurs plantations. Ils ont également confisqué les terres et le bétail des autochtones, ce qui a ruiné leur économie.

     Enfin, on note le massacre des populations locales (san) par les boers et le fait que certains autochtones aient bloqué la route aux boers. Les autochtones  ne sont le seul peuple contre qui les boers seront opposés.

    Arrivés tardivement en Afrique du Sud, les anglais seront confrontés aux boers. Cette confrontation va entraîner le départ des boers vers le Nord pour les raisons suivantes

     L’abolition de l’esclavage par les anglais qui va entraîner la perte de la main d’œuvre par les boers auquel s’ajoutent l’incitation à la révolte des noirs par les anglais et le non paiement des indemnités aux maîtres d’esclaves.

    On note aussi l’extension des droits  des autochtones qui sont désormais égaux aux boers et la conquête du Cap par les anglais. N’ayant plus de main d’œuvre et voulant se soustraire à l’autorité anglaise, les boers vont migrer vers le Nord et ce mouvement est connu sous le nom de Grand trek des boers. Malgré cette migration, ils ne seront pas débarrassés des anglais.

    Au cours de leur migration, les trekkistes vont créer plusieurs républiques qui seront annexées par les anglais. Ces derniers vont vouloir imposer l’union douanière aux boers et mettre fin à leur indépendance.

   Les boers vont déclarer la guerre aux anglais et seront défaits. Par le traité de Vereeniging, les républiques boers deviennent des dominions anglais. Ils vont utiliser l’anglais comme langue officielle et leur justice sera organisée selon les principes britanniques.

CONCLUSION : les luttes pour l’Afrique du Sud sont traduites par les guerres entre boers, anglais et autochtones. Par leur supériorité militaire et leur avance technique, les anglaises vont finalement s’imposer. Mais la cohabitation de nombreux groupes humains va engendrer de nombreux problèmes en l’occurrence : les inégalités, la haine raciale, le massacre des noirs et l’expropriation de leurs terres. Ceux-ci vont devenir des étrangers sur leur propre territoire. Tout ceci va ouvrir les vannes à l’instauration du système de l’apartheid.

Sujet II BAC CD TI E 2016

Texte : le Discours de J. F. KENNEDY 22 Octobre 1962

« Chers compatriotes, bonsoir.

      Fidèle à sa promesse, le gouvernement a continué de surveiller de très près les préparatifs militaires soviétiques à Cuba. Au cours de la semaine dernière, nous avons eu des preuves incontestables de la construction de plusieurs bases de fusée dans cette ile. Ces sites de lancement ne peuvent avoir qu’un but : la constitution d’un potentiel nucléaire dirigé contre l’hémisphère occidental (…)

     Cette transformation précipitée de Cuba en importante base stratégique, par la suite de la présence de ces puissantes armes offensives à long rayon d’action et qui ont des effets de destruction massive constitue une menace précise à la paix et la sécurité de toutes les Amériques (…)

    Les armes nucléaires sont tellement destructrices,  et les engins balistiques sont tellement rapides, que tout accroissement substantiel peut être considéré comme une menace précise contre la paix (…) Nous ne risquerons pas prématurément ou sans nécessité le coût d’une guerre nucléaire mondiale dans laquelle même les fruits de la victoire n’auraient dans notre bouche qu’un goût de cendre, à quelque moment que nous ayons ç y faire face (…)

     Toute fusée nucléaire lancée à partir de Cuba contre l’une quelconque des nations de l’hémisphère occidental sera considérée comme l’équivalent d’une attaque soviétique contre les Etats- Unis, attaque qui entrainerait des représailles massives contre l’Union soviétique (…)

                 Jacques Marseille, Histoire Terminale, Paris, Nathan, 2004, P 74

Consigne de travail : A l’aide des questions guides et de vos propres connaissances, vous ferez une explication du texte proposé :

  1. Présentez le document : nature, auteur et contexte historique
  2. a) Décrivez la crise dont il est question dans le texte
  3. b) A quel moment des relations internationales intervient –elle ?
  4. 3.a) Pour Kennedy, quelles pourraient être les conséquences de la politique menée par les soviétiques sur le sol cubain ?    b) Qu’est ce qui montre dans le discours de Kennedy que la course aux armements engagés par les deux grands met le monde en danger ?

4. Quel fut l’impact de ce discours dans les relations Est  -Ouest ?

5. La crise de Cuba mit- elle fin à la Guerre Froide ?

Document : Terminales

Texte : La chute de MBIDA et l’avènement d’Ahidjo

         …La raison principale de cette disgrâce résidait dans le fait que Mbida pensait que le Cameroun français n’était pas encore mûr pour l’indépendance. De plus, il estimait que l’idée de réunification devait être envisagée dans un avenir lointain. Les détracteurs de Mbida indiquèrent que son option de l’avenir politique du Cameroun français n’était pas soutenue par Ahmadou Ahidjo. Bien qu’il se soit avéré que Mbida défendait ces idées, il est cependant possible de remarquer qu’Ahidjo était l’un de ceux qui approuvèrent le communiqué du BDC de 1956rejetant l’indépendance et optant pour l’autonomie…

         Une raison…tient du fait que les activités croissantes de l’UPC et le refus d’accorder une amnistie générale créèrent une impasse au sein du gouvernement et qu’Ahidjo décida à cette date de sauver la Nation. Cette raison fut la base des arguments de Moussa Yaya, lorsqu’en Septembre 1961, il expliqua la chute de Mbida dans les termes suivants : « en 1958, face à l’impasse qui existait au Cameroun français, son excellence Ahmadou Ahidjo se leva et dit non, et devant l’assemblée législative, il traça le programme qu’il avait envisagé en vue de sauver la nation ». En Octobre 1961, Paul Ernest Ahanda, s’adressant aux hauts responsables de l’UPC mentionna que les déclarations menaçantes de Mbidadu 9 Novembre 1957, au cours de sa visite dans le village de Um Nyobe à Boumnyebel, se situaient à l’encontre de la politique de réconciliation entre l’UPC prônée par les membres de l’UC du gouvernement Mbida.

         Toutefois, Abel Eyinga a estimé qu’il n’existait aucune différence politique majeure entre Mbida et Ahidjo avant l’arrivée du haut-commissaire français Jean Ramadier au Cameroun français. Eyinga poursuit son argumentation en signalant qu’Ahidjo se trouvait aux côtés de Mbida à Boumnyebel lorsque ce dernier fit des déclarations « menaçantes » contre l’UPC, et qu’Ahidjo ne s’y opposa pas.

         Victor Julius NGOH, Cameroun, 1884-1985 : cent ans d’histoire, CEPER, Yaoundé, 1990, Pp 134-135

Consigne de travail : A l’aide des questions guides et de vos propres connaissances, vous ferez une explication du document proposé.

1- Présentez le texte : nature, auteur et contexte historique.

2- a) Qu’est ce qui est reproché à A.M Mbida dans le texte et qui a conduit à sa chute ?

b) Ces raisons sont- elles suffisantes pour expliquer sa déchéance ?

3-  Relevez dans le texte les principaux leaders camerounais, puis présentez leurs formations politiques respectives ainsi que leurs positions par rapport à la question l’indépendance et la réunification du Cameroun.

4-  a) Comparez les points de vue de Moussa Yaya et d’Abel Eyinga sur Ahidjo.

b) Comment qualifierez-vous l’attitude d’Ahidjo ?

5- La position d’Ahidjo vis-à-vis de l’UC reste t- elle constante de son accession au pouvoir à la proclamation de  l’indépendance ?

SUJET II : DOCUMENT (Premières)

Texte : La rivalité anglo- allemande à la fin du XIXe siècle.

         « Il y a en Europe deux grandes forces opposées et inconciliables, deux grandes nations qui cherchent à étendre leur champ d’action au monde entier et qui veulent lever sur lui un tribut commercial. L’Angleterre, avec son long passé historique d’agressions couronnées de succès, avec sa merveilleuse conviction que, en satisfaisant ses propres intérêts, elle répand la lumière parmi les nations plongées dans les ténèbres, et l’Allemagne, qui est du même sang, qui, avec une force de volonté moindre, mais peut être avec une intelligence plus vive, se présente en concurrent sur tous les points du globe. Au Transvaal, au Cap, en Afrique centrale, dans l’Inde et en Orient, dans les iles des mers du Sud et dans lelointain Nord- Ouest, partout où le drapeau a suivi la bible et où le commerce a suivi le drapeau (et où n’ont- ils pas pénétré ?), le commis- voyageur allemand est en lutte avec le colporteur anglais. S’il y a une mine à exploiter, un chemin de fer à construire, un indigène à convertir de la tempérance au trafic du gin, l’Allemand et l’Anglais s’efforcent d’arriver le premier. Un million de menues disputes sont en train d’édifier la plus grande cause de guerre que le monde ait jamais vue. Si l’Allemagne disparaissait demain, le surlendemain tout anglais dans le monde serait plus riche. Les nations ont combattu, pendant des années, pour la possession d’une ville ou pour un droit de succession ; ne se battent- elles pas pour les 250 millions de livres du commerce annuel ? »

In Jacques Marseille et (al.), Histoire 1ère, Paris, Nathan, 1995, P 75.

Consigne de travail : En vous inspirant des questions guides et de vos propres connaissances, vous ferez une explication du texte proposé.

  1. Présentez le document : nature, source et contexte historique.
  2. Comment les Anglais et les Allemands justifient- ils selon l’auteur, leur volonté d’expansion ?
  3. Quelles sont, selon l’auteur les principales causes de tensions entre l’Allemagne et l’Angleterre ?
  4. Illustrez par quelques exemples concrets les tensions dont l’auteur fait allusion dans le texte.
  5. La rivalité anglo- allemande a-t- elle été la seule tension entre les nations européennes à la veille de la Première Guerre Mondiale ?

 

SUJET II

DOCUMENT

         Il y a un an, l’économie mondiale, après les chocs qu’elle a subis de 2007 à 2009, paraissait retrouver une sorte d’équilibre… Mais il est clair que les dérèglements qui ont provoqué la crise n’ont pas trouvé de solutions définitives…

         Dans une telle situation, que peut faire un pays comme le Cameroun ? Avec ses interlocuteurs traditionnels de l’Union Européenne, il entretient une relation confiante et mutuellement avantageuse, renforcée par une aide importante et jalonnée par des conventions qui ont fait leurs preuves. Cette relation qui a l’ambition de devenir un véritable « partenariat » doit évidemment prendre en compte les problèmes spécifiques d’un pays en développement. Et les accords qui en découlent, devront ménager nos chances d’évoluer vers une économie moderne. Il est  en effet évident, pour moi, que seul un partenariat de ce type est de nature à résoudre ce qui est probablement le problème du 21e siècle, à savoir : la réduction de la pauvreté dans le monde. Je suis revenu sur la question au cours de la 65e session de l’Assemblée générale des Nations Unies. J’y ai alors particulièrement insisté sur le « devoir de solidarité » de la communauté internationale à l’égard des pays les plus défavorisés cette solidarité pourrait prendre, en ce qui concerne notre continent, la forme d’un « Plan Marshall » pour l’Afrique.  Ceci ne dispensera évidemment pas chacun de nos pays de faire les efforts qui lui reviennent en propre

         Paul BIYA, à l’occasion de la cérémonie des vœux du corps diplomatique, Yaoundé, le 05 Janvier 2011.

Consigne de travail : A l’aide des questions- guides et de vos propres connaissances, vous ferez l’explication du document proposé.

  1. Présentez le document : nature, auteur, idée générale.
  2. Présentez la relation entre le Cameroun et l’Union européenne.
  3. Expliquez les phrases soulignées dans le document.
  4. Montrez que le Cameroun ne compte pas seulement sur la coopération internationale pour son développement
  5. La coopération Nord- Sud est- elle équitable ?

60 votes. Moyenne 3.18 sur 5.

Commentaires (14)

1. Nouhou Adamou jeudi, 22 Décembre 2016

Merci Beaucoup, vous m'avez aider
Svp pourriez-vous me traiter ce sujet d'ECM :<<ONU et émancipation du Cameroun de 1946 à 1961>>

2. Odile vendredi, 18 Novembre 2016

Merci beaucoup.ce site ma sauver

3. Djoukam moumbé christel lundi, 04 Août 2014

ce site m'a aidé à l'obtention de mon bac et de mon probatoire. merci grand professeur Eric Ndobo

4. kouakam gwladys lundi, 18 Février 2013

Hmmm pas mal

5. neymar junior jeudi, 15 Novembre 2012

tro tro cool mrci monsieur

6. joel (site web) dimanche, 04 Novembre 2012

les droits au develloppement et le participation de l'enfant et son epanoui ssement

7. kemogne yvain dimanche, 17 Juin 2012

avec ca impossible de ne pas assurer au probatoire merci

8. sinclair tchoute jeudi, 26 Avril 2012

Je touve ça très bien et j'espère que ça va m'être utile pour les prochains tests

9. NANA FRANCINE (site web) lundi, 20 Février 2012

plutot cool et très instrutif!

10. Roch ouedraogo jeudi, 05 Janvier 2012

C'est très bien mais pouvez vous m'aider avec cet therme :les rivalités européennes et la conférence de Berlin

11. azeufack mardi, 06 Décembre 2011

je voudrais être spécialiste en méthodologie des exercices

12. azeufack mardi, 06 Décembre 2011

je voudrais être une spécialiste en méthodologie des exercices

13. djoukam moumbé christel jeudi, 02 Juin 2011

tres bien

14. bertrand mercredi, 16 Mars 2011

c'est vraiment tres utile cette methodologie ca ma beaucoup aide merci!!!!

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : mercredi, 12 Avril 2017

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×