Dissertation ECM

Sal1

 

MÉTHODOLOGIE:  La dissertation en ECM présente également des spécificités. Il faut reconnaître que presque tous les sujets d'ECM portent davantage sur des questions d’actualité. Et les contraintes majeures liées à ce sujet sont celles en rapport avec le temps imparti à son traitement .

I.      LA PRÉPARATION DU SUJET

Il faut d’entrée de jeu lire et comprendre le sujet (lecture, analyse et imprégnation du sujet). Cette analyse du sujet est une étape fort importante qui permet de: situer le sujet par rapport à un cours et ipso facto de savoir déjà quelles informations seront utilisées pour le traitement du sujet, de ressortir la problématique du sujet et d’esquisser un plan. Après cette étape, il faut mobiliser ses connaissances. Ces deux opérations doivent être faites assez rapidement compte tenu de la pression du temps pour les élèves des classes première.

A.   L’INTRODUCTION :

Elle amène le sujet, énonce la problématique et indique les voies qui vont être suivies dans le développement. Elle comprend trois parties : - le préambulela problématiquele plan.

Le préambule : il correspond à amener le sujet. Pour amener le sujet on peut utiliser différentes approches :

Approche par définition ;

Approche par mise en évidence des faits ou par constat (surtout pour les sujets de type discussion) ;

Approche par comparaison,

Approche thématique ou généraliste,  approche historique : elle consiste à rappeler quand s’est produit un évènement et à présenter ses conséquences.

La problématique : c’est le problème soulevé par le sujet, l’idée directrice. La démonstration à laquelle on veut aboutir et les objectifs que l’on veut atteindre.

Le plan : c’est le guide de la dissertation. Il est organisé en deux ou trois parties. Il traite en détail la problématique du sujet. Il faut noter que la plupart des sujets proposés en ECM sont des sujets de discussion comportant une thèse et ses limites (antithèse) ceci implique évidemment un plan à double entrée avec des expressions comme : d'une part, d'autre part; dans un premier temps, dans un second temps, successivement, tour à tour, respectivement etc..

B.   LE CORPS DU DEVOIR

     Il s’articule comme une démonstration et part des données premières qui sont les connaissances du candidat. Il est organisé en parties (2 à 3 selon le plan annoncé), comportant des paragraphes (2 à 4 par partie) au sein des quels on met en ordre les idées et on les expose clairement. Chaque partie doit alors comprendre entre 2 et 3 idées secondaires qu’on développe à l’aide d’arguments et illustre par des exemples, des faits, des citations...

C.   LA CONCLUSION : elle comprend: -  Le bilan de l’analyse; - La réponse à la problématique - L’élargissement du sujet ou ouverture ou perspectives.  Les sujets les plus fréquents ou réguliers en ECM sont ceux de type dialectique et amènent l’élève à donner son point de vue ou à apprécier un événement.

SUJET D’ENTRAINEMENT :

« Pour les pays en développement, le multipartisme est une erreur politique. Le multipartisme n’est pas lié à la démocratie ». Partagez vous ce point de vue de Jacques Chirac à l’occasion de l’avènement du multipartisme en Afrique et dans les pays sous développés? Prenez comme exemple, le Cameroun. Un bref coup d’œil nous permet de savoir que ce sujet est en rapport avec le cours les Partis Politiques et précisément la partie en rapport avec les systèmes partisans, donc on doit par conséquent en extraire et mobiliser les connaissances

Étape 1 : Introduction

Préambule : Au début des années 90, de nombreux pays africains pratiquant jusqu’ici le monopartisme, vont basculer vers  le multipartisme. (Approche historique : on rappelle quand s’est produit un évènement et ses implications)

Problématique. Mais, peut-on considérer l’avènement de ce système comme une erreur démocratique, en d’autres termes (j’interprète le libellé en mes propres mots, je dis comment je l’entends) L’avènement de ce système constitue t-il une menace pour la démocratie au Cameroun ?

 Plan détaillé (au brouillon) qui sert de développement

I-     (Verbe à utiliser : présenter, identifier) Les avantages du multipartisme

1-    Diversité d’opinion qui donne la possibilité de choix aux électeurs en fonction de la fonction programmatique du parti, débat d’idées, émulation politique,

2-    Alternance au pouvoir (Shadow government)

3-    Contre poids pour le parti au pouvoir (surveillance du parti au pouvoir)

Transition : si le multipartisme présente de nombreux avantages, il n’en demeure pas moins qu’il  constitue un danger grave pour la démocratie au Cameroun.

II-    (Verbe à utiliser : cerner, énumérer,  montrer) Les limites du Multipartisme

1-    Création des partis politique à base tribale, sans grande audience et balkanisation de l’unité nationale (100 partis politiques au Cameroun) affinité ethnique, « tribalisation » politique

2-    Des partis politiques dépassés comptant uniquement sur leur leader et qui n’arrivent pas à s’insérer dans le jeu politique

3-    Étouffement de ces partis par le parti en place à travers des arrestations, des coups bas.

INTRODUCTION

(Préambule) Au début des années 90, de nombreux pays africains pratiquant jusqu’ici le monopartisme, vont basculer vers  le multipartisme. (Problématique) Mais, peut-on considérer l’avènement de ce système comme une erreur démocratique, en d’autres termes l’instauration ce système constitue t-il une menace pour la démocratie dans un pays comme le Cameroun ? (Plan) Dans un premier temps, on présentera les avantages de ce système et dans un second temps nous cernerons limites  

        Le multipartisme fait de nouveau son apparition en Afrique et au Cameroun au courant des années 90, à la faveur du « Vent d’Est ». Il apparaît alors comme la panacée compte tenu des ses avantages. (IP) En effet, avec l’apparition du multipartisme, on voit aussi apparaître la diversité d’opinions. Les citoyens ont la latitude de choisir le parti dont la fonction programmatique correspond le plus à leur attente, et ce d’autant plus que les partis politiques présentent une diversité d’opinions. La conséquence sera l'apparition de plus d'une centaine de partis politiques avec des fonctions programmatiques différentes (p 1)
         De plus, ce système favorise l’alternance au pouvoir. Avant, les élections étaient sans enjeu, désormais, on peut avoir d’autres partis politiques qui arrivent au pouvoir avec des idées nouvelles. Ceci entraîne alors une émulation politique. Ces partis  constituant des gouvernements de rechange (shadow government). (p 2)
          Enfin, les partis politiques d’opposition constituent dans ce système, des contres pouvoirs au régime en place. Ils contrôlent mieux l’action du pouvoir en place. Ceci permettant une bonne marche des institutions (p 3) Si l'avènement du multipartisme présente de nombreux avantages, il n’en demeure pas moins qu’il  constitue un danger grave pour la démocratie dans un pays d'une grande diversité ethnique comme le Cameroun. (Transition).

            Dans un pays comme le Cameroun, le multipartisme est source de nombreux problèmes. (IP) Ce système a été à l’origine de la création des partis politiques à base tribale, sans grande audience. L’opposition devient ainsi tribale au lieu d’être doctrinale. (le SDF est à connotation anglophone, l’UPC pour les Bassas)  Ceci conduit alors à la balkanisation de l’unité nationale (p 1)
           De plus, ces partis politiques multiples n’arrivent pas à s’insérer dans le jeu politique, ils sont vite essoufflés car  dépendant uniquement de leurs leaders. C’est le cas du MP, du MANIDEM (p 2)
           Enfin, le parti au pouvoir va vite dominer les autres petits qui ne disposent pas de moyens importants. Il va ainsi user de son statut pour étouffer ou fragiliser ces partis en arrêtant ses dirigeants ou en nouant des accords (clientélisme politique) (p 3)

(Bilan) Le multipartisme présente à la fois des avantages et des inconvénients. (Réponse à la problématique) Mais, l’instauration de ce système dans de nombreux pays, s’est souvent accompagnée de la domination de la scène politique par le parti au pouvoir, car les autres partis n’arrivent pas toujours à s’insérer dans le jeu politique. (Ouverture) Le Cameroun était-il prêt à  passer au multipartisme ?

SUJET PREMIÈRE SÉQUENCE

Au vu des principes de la démocratie et de leur application, pourquoi peut- on considérer la démocratie camerounaise comme un verre à moitié plein?

Étapes: Il s'agit d'entrée de jeu, d'un sujet de type dialectique portant sur une question de cours. par conséquent, je dois déjà connaître mon cours afin e mieux mobiliser mes connaissances.

  1. J'analyse les mots clefs du sujet: principes de la démocratie, application, démocratie, verre à moitié plein. Les mots qui attirent notre attention sont alors principes de la démocratie, verre à moitié. Et on comprend aisément qu'il se pose un problème de l'applicabilité des principes de la démocratie.
  2.  Après les mots clés, j'interroge le sujet pour voir de quoi est ce qu'il en question, ce qu'on me demande! ces questionnements me permettront de trouver la problématique de mon sujet: les principes de la démocratie sont- ils totalement appliqués ou respectés au Cameroun? Ou alors la démocratie est- elle effective au Cameroun si l'on s'en tient aux principe de celle ci.
  3. Je trouve le cadre spatial de mon sujet: Le Cameroun, 
  4. Je choisis mon approche, c'est à dire comment je vais faire pour amener le sujet: L'approche peut alors être par Mise en évidence des faits ou constatation. Je pars alors des principes de la démocratie et de leurs applications
  5. J'adopte un plan à double entrée: Dans une première partie, j'identifie les principes de la démocratie et montre comment ils sont appliqués au Cameroun et dans un second temps, je recense les limites de la démocratie camerounaise.

 

II- LA RÉDACTION PROPREMENT DITE

 INTRODUCTION

 La démocratie est de nos jours, le  système politique le plus répandu dans le monde. Elle obéit à un certain nombre de principes ou critères qui permettent de dire si un État est démocratique ou non. Le Cameroun a adopté ce type de régime. Mais, si l'on s'en tient à l'applicabilité des critères de ce régime,  peut  affirmer qu'au  Cameroun la démocratie est réellement effective? Autrement dit, le Cameroun est- il réellement une démocratie? D'une part, on identifiera les principes de la démocratie appliqués au Cameroun, et d'autre part, on montrera les limites de la démocratie camerounaise.

  •          La démocratie est une réalité au Cameroun lorsqu'on s'en tient à ses principes.  (IP)  Au Cameroun, le système partisan pratiqué est le multipartisme qui est un principe fondamental de la démocratie. On trouve alors plus de 150 partis politiques légaux ou  non dans ce pays: RDPC, SDF, Mp  (para1)     

            En outre, les élections de différente nature sont régulièrement pratiquées au Cameroun. On a les élections présidentielles, législatives, municipales. La pratique permanente de ces élections est une preuve de la vigueur de la démocratie camerounaise (para2)

             Trois pouvoirs existent au Cameroun: le pouvoir exécutif exercé par le Président de la République et le Premier Ministre, le pouvoir judiciaire et le pouvoir législatif détenu par l'Assemblée nationale. Chacun de ces pouvoirs a ses prérogatives et n'empiète pas sur l'autre. (Para3)

                Enfin, Le Cameroun est un État de droit où les libertés individuelles et collectives des citoyens sont respectées, où il existe également des loi sur la liberté d'association, ce qui permet la création de différentes catégories d'associations (para4). Mais malgré ces différents principes, la démocratie camerounaise a de nombreuses limites (transition).

      Les reproches que l'on peut faire à la démocratie sont nombreux et ils favorisent une remise en cause cette démocratie. on peut citer entre autres:

  •    De plus, malgré la pratique permanente des élections, celles si constamment empreintes de fraudes électorales au profit du parti au pouvoir, d'où sa longévité. Cette situation entraîne des contestations des partis d'opposition à chaque élection (para2)
  •    Malgré l'existence de trois pouvoirs et d'une nette distinction entre leurs différentes attributions, on constate que le pouvoir exécutif empiète largement sur les autres pouvoirs à travers la nomination des magistrats, la nomination des sénateurs etc
  •    Pour finir, le respect des libertés individuelles et collectives demeure une vue de l'esprit: il existe toujours des arrestations arbitraires, des emprisonnements et  le non respect du code de procédure pénale, autant de situations qui mettent à mal l'idéal de démocratie camerounaise.

 

CONCLUSION

La démocratie est le régime politique pratiqué par le Cameroun. Malgré l'existence et la mise en pratique des critères qui permettent de définir un État démocratique, l'application effective des principes de la démocratie au Cameroun au quotidien est en butte à de nombreux problèmes. Cette situation causée par le manque de culture démocratique et le non respect des institutions démocratiques fait à ce que la démocratie camerounaise soit comparable à un verre à moitié plein. 

  BACCALAUREAT ACDETI 2014

 Sujet 1 : la question des pesanteurs néocolonialistes dans les relations Nord- Sud

 Le candidat insistera sur l’influence du passé colonial dans les relations Nord- Sud dans les domaines politique, économique et culturel.

 Introduction: Les relations Nord Sud sont des liens qu’entretiennent les pays développés du Nord et ceux sous développés du Sud. Ces relations demeurent aujourd’hui influencées par des liens qui se sont établis depuis l’époque coloniale. Quel est le poids du passé colonial dabs ces rapports de nos jours.  On va s’intéresser tour à tour à l’influence de ce passé colonial dans les domaines politique, économique et culturel.

     Le passé colonial continue à peser dans les rapports entre les pays du Nord et ceux du Sud. On note ainsi, la résurgence de l’influences des anciennes métropoles dans les choix politiques des pays du Sud via les dirigeants, les orientations politiques et le démocratie imposée. 
Le maintien des bases militaires, des accords de défense ainsi que les interventions militaires pour protéger leurs intérêts va dans le même ordre d’idées.

  De plus, la plupart des structures politiques des pays du Sud sont calquées sur le modèle de leur ancienne métropole et parfois inadaptées aux réalités locales. Si les pesanteurs subsistent sur le plan politique, il en est de même  sur le plan économique.

      Sur le plan économiques, ces pesanteurs se traduisent par le maintien d’un système d’échanges préférentiel entre la métropole et ses anciennes colonies, ce qui contribue à la détérioration des termes de l’ échange.
    On a aussi le retard industriel accusé par ces pays depuis la colonisation et le maintien de ces pays comme exportateurs des produits bruts.
  Les anciennes métropoles continuent à financer et à réaliser de nombreux projets de développements dans leurs anciennes colonies, ceci pour maintenir leur domination économique et sauvegarder leurs intérêts.
  La monnaie de la plupart des anciennes colonie reste intimement liée à la métropole qui fixe parfois leur cours ou leur parité, conduisant à une dépendance financière.

   Sur le plan culturel, le modèle de vie est calqué sur celui de la métropole et on a comme l’impression que les anciennes colonies ont perdu leurs repères.
  Les anciennes métropoles ont créé des structures de pérennisation de leur culture dans les colonies, c’est le cas des alliances ou des centres culturels.
  Enfin, la plupart des langues officielles utilisées dans les anciennes colonies sont celles de la métropole comme le français, l’anglais…

Conclusion: Malgré leur accession à l’indépendance, les pays sous développés entretiennent avec ceux du Nord, des relations influencées par le passé colonial. Cette influence se manifeste dans les domaines politique économique et culturel. Les pays du Sud ne gagneraient– ils pas à consolider d’avantage leurs liens?

Sujet 1 : Probatoire 2014

Les ONG au Cameroun. Vous insisterez sur leur rôle économique et social et sur les moyens d’action.

Ce sujet porte sur les ONG et on demande de ressortir leur rôle et leurs différents moyens d’action. Cous d’appui : les autres associations

Préambule: ici, je peux partir de la crise économique du début des années 80 qui a eu pour conséquence le désengagement de l’Etat camerounais dans divers domaines. Problématique: Quel est le rôle des ONG et les moyens d’actions qu’elles utilisent? Plan: I– Rôle des ONG 1– Economique 2– social II– Moyens d’action

 Introduction: Les années 80-2000 sont considérées comme des décennies de développement économique perdu au Cameroun au cours desquelles, l’Etat camerounais du fait de la crise s’est désengagé dans divers domaines. Face à ce désengagement de l’Etat, diverses ONG vont prendre le relais du développement. Quel est alors le rôle des ONG et les moyens d’actions qu’elles utilisent? Répondre  à ces questions nous conduira respectivement à donner les rôles des ONG ainsi que leurs différents moyens d’action.

     Les ONG ont un double rôle: économique et social.
    Sur le plan économique, elles luttent contre le sous développement à travers le financement et le suivi des projets de développement tels que la construction des infrastructures : ponts, forages
     Elles font aussi la promotion des activités génératrices de revenus dans les domaines aussi variés que l’agriculture, l’élevage à travers des financements et l’assistance technique
    Sur le plan elles mènent des actions d’assistance humanitaire: encadrement des enfants en difficulté, assistance en cas de catastrophe naturelle on a le cas des ONG telles SOS Village d’enfants, Care international etc.
  Elles mènent des promotions de soins de santé, d’ éducation et de formation aux petits métiers. Les ONG jouent un rôle important sur le plan social et économique et pour y arriver, elles usent de divers moyens d’actions.

        Les moyens d’actions des ONG varient en fonction du type d’action et de la nature des ONG. On note entre autres:
      La levée des fonds pour le financement des projets de développement qui passe par les cotisations des membres, des dons ou des activités génératrices d’argent
     L’assistance technique et matérielle qui se traduit par la distribution du matériel agricole aux paysans, la distribution des moustiquaires imprégnées dans des aires de santé.
     L’assistance technique et matérielle qui se traduit par la distribution du matériel agricole aux paysans, la distribution des moustiquaires imprégnées dans des aires de santé.
     Il y a également des campagnes de sensibilisation et de formation à travers des descentes sur le terrain, des passages dans les médias.
     Enfin, dans les pays développés, les ONG ont recours aux volontaires, au bénévoles pour venir mener des actions dans des régions pauvres.

Conclusion: Il existe au Cameroun, une grande diversité d’ONG actives. Elles participent à des projets de développement économique et social ) travers à travers des moyens d’actions variés. On peut toute fois déplorer que l’action de certains ONG et surtout leur immiscion  dans les affaires internes du pays ne crée à leur égard un climat de suspicion.

PROBATOIRE ACDETI 2015

Sujet 1: Le mouvement syndical au Cameroun.

Consigne de travail: Après avoir présenté l’évolution du mouvement syndical au Cameroun, vous relèverez quelques victoires des travailleurs.

Approche pour l’introduction : historique (rappel de la naissance des syndicats)

Problème : Quelle est l’historique de ce mouvement au Cameroun et quelles sont les grandes victoires enregistrées par les travailleurs

Plan deux parties :

I– Historique du mouvement syndical au Cameroun

1- Pluralisme syndical (1944-1972)

2- Monolithisme syndical (1972-1990

3- Retour du pluralisme (1990)

II– Victoires enregistrées par les travailleurs.

1. Amélioration des conditions de vie

2. Reconnaissance des syndicats

3. Revalorisations salariales

4. Droits des travailleurs reconnus

Introduction Le mouvement syndical a vu le jour au Cameroun dès 1944 sous l’impulsion de syndicalistes français, et depuis lors, il s’est encré dans le pays. Quelle est l’historique de ce mouvement au Cameroun et quelles sont les grandes victoires enregistrées par les travailleurs ? En premier ressort, on va faire l’historique du mouvement syndical au Cameroun, et en second ressort, présenter quelques victoires enregistrées par les travailleurs.

       Le syndicalisme au Cameroun a connu trois phases au cours de son évolution. A partir de 1944 jusqu’en 1972, on est dans une phase de pluralisme syndical. Ceux sont des répliques en miniature des syndicats français ou anglais. Dans la parti francophone, on l’USCC (Union des syndicats confédérés du Cameroun), CGT-FO (confédération générale du travail force ouvrière) de Alphonse TONYE ; dans la partie anglophone, la CDC- WU (Cameroon development corperation workers union) créée en 1946. Ces syndicats mêlent action syndicale et politique.

       A partir de  1972, Ahidjo appelle à l’unité syndicale à la faveur de l’unification du Cameroun. Les syndicats des zones francophone et anglophone fusionnent pour donner naissance à une centrale syndicale le 10 Février 1990 : l’UNTC (union nationale des travailleurs du Cameroun) celle-ci devient en décembre 1985, l’OSTC (organisation syndicale des travailleurs du Cameroun)

       Dès 1990, on note le retour du pluralisme syndical à la faveur du vent de libéralisation qui va souffler sur le Cameroun. Des nombreux syndicats voient alors le jour : l’USLC en 1994, la CATTU, la CSTC en 1992. L’évolution du syndicalisme au Cameroun a été dictée par les changements politiques observés dans ce pays et, l’activisme des travailleurs va leur permettre d’engranger plusieurs victoires.

       On peut mettre à l’actif des travailleurs ou syndiqués de nombreuses victoires au rang desquelles : l’amélioration des conditions de vie et de travail en termes de sécurité sociale, de police d’assurance et de soins de santé des travailleurs.

       On a aussi la revalorisation salariale dans plusieurs corps de métiers tels que les enseignants, les personnels des sociétés publiques et parapubliques

       Grâce à l’action syndicale, les droits des travailleurs sont de plus en plus reconnus et respectés en l’occurrence, la révision des conventions collectives etc.

       Enfin, la reconnaissance des syndicats est une autre grande victoire car ceux-ci sont désormais reconnus comme des partenaires et interlocuteurs incontournables pour la bonne marche des entreprises et la cohésion sociale.

Conclusion : Depuis leur apparition, les syndicats ont connu une évolution au Cameroun calquée sur les grands changements politiques observés dans ce pays. Grâce à leur action, les ouvriers ont vu leurs conditions s’améliorer, leur cadre de vie ainsi qu’une revalorisation salariale. Mais beaucoup reste encore à faire dans ce pays c’est pourquoi l’action des syndicats doit être redoublée.

BACCALAUREAT ACDETI 2015

Sujet1 : Au regard des multiples interventions de l’union européenne au Cameroun, peut-on conclure que la coopération Cameroun —UE est une coopération à bénéfices réciproques?

 Préambule : partir de la nature de la coopération Cameroun UE. Problème : cette coopération qui se matérialise par de multiples actions et réalisations de l’UE au Cameroun, profite t- elle aux deux parties ?

Plan :

I- Les interventions de l’UE au Cameroun

  1. Domaine économique (financements, appui aux reformes, soutien au développement)
  2. Social (centres de santé, programme de vaccination, médicaments)
  3. Politique (promotion droits de l’homme, démocratie, appui au processus électoral et amélioration de la bonne gouvernance)
    • II- Les apports du Cameroun.
    1. Partenaire économique privilégié
    2. Implication du Cameroun dans un certain nombre de défis mondiaux
    3. Implication du Cameroun dans la promotion de la coopération régionale et sous régionale
    4. Adhésion du Cameroun aux APE

    Conclusion : Bilan : La coopération Cameroun- UE est diversifiée. Réponse au problème soulevé : Au regard des multiples réalisations de l’UE au Cameroun, cette coopération semble plus bénéficier au Cameroun qu’à l’UE. Ouverture : Mais, cette coopération est-elle réellement efficace, ne présente-t- elle pas des limites ?

    Introduction : La coopération Cameroun – Union européenne s’inscrit dans le cadre de la coopération multilatérale Nord- Sud et date de 1957. Cette coopération qui se matérialise par de multiples actions et réalisations de l’UE au Cameroun, profite t- elle aux deux parties ? Pour le savoir, on va d’une part, on va recenser les interventions de l’UE au Cameroun et d’autre part montrer l’implication du Cameroun dans cette coopération.

            La coopération Cameroun UE se matérialise par de multiples interventions de l’UE au Cameroun, et ceci dans divers domaines. Sur le plan économique, L’UE a financé par le biais de la BEI, du FED ou de l’APD, de multiples projets au Cameroun. Il s’agit entre autres, du soutien au développement des cultures, du financement des projets routier (Route Yaoundé- Ayos), l’appui à la reforme des finances publiques par la mise en place d’une approche par budget programme.

           Sur le plan social : les interventions sont louables comme la construction et la réhabilitation des centres de santé et hôpitaux, la distribution des médicaments et l’appui aux programmes de vaccination.

           Sur le plan politique, on note la promotion des droits de l’homme, de la démocratie, l’appui au processus électoral et à l’amélioration de la bonne gouvernance. L’UE s’est impliquée dans divers domaines et constitue un partenaire de choix pour le Cameroun. Mais, qu’en est- il de l’apport du Cameroun dans cette coopération ?

           Le Cameroun participe largement à sa coopération avec l’UE dans la mesure où il reste un partenaire privilégié dans les échanges commerciaux.

           Il s’implique efficacement dans un certain nombre de défis mondiaux : changements climatiques, conservation de la biodiversité, paix et sécurité impulsés par l’UE

           Il a récemment adhéré aux accords de partenariats économiques qui redéfinissent les échanges entre l’UE et les pays ACP

           Enfin, le Cameroun s’implique dans la coopération régionale et sous régionale.

    Conclusion :  La coopération Cameroun- UE est diversifiée. Au regard des multiples réalisations de l’UE au Cameroun, cette coopération semble plus bénéficier au Cameroun qu’à l’UE. Mais, cette coopération est-elle réellement efficace, ne présente-t- elle pas des limites ?

     

     

         

164 votes. Moyenne 2.76 sur 5.

Commentaires (4)

1. abina david jeudi, 12 Octobre 2017

Merci de votre aide vraiment merci

2. ngono mercredi, 31 Mai 2017

Merci beaucoup. Ça m'aide beaucoup surtout lorsque vous parler de la démocratie camerounaise[image][/image]

3. Lah mercredi, 22 Février 2017

Merci beaucoup pour cet excellent travail!

4. hardi mardi, 19 Janvier 2016

Bonjour j'ai cher collègues j'ai lu vos dissertation elles sont excellentes. Mais j'ai un petit problème les erreurs de frappe principalement les mots que vous avez omis. Vous savez que nos élèves aimes se livrer à des copiées collés. Je serais ravi de voir ces erreurs de frappe corrigé votre fidèle lecteur
Hardi

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : samedi, 05 Mars 2016

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×