La guerre de 14-18

  

LEÇON : LA PREMIERE GUERRE MONDIALE: ORIGINE, DÉROULEMENT ET CONSÉQUENCES

OPT: Montrer que la guerre qui commence en Europe à l'été 1914 est un conflit aux origines lointaines, donner la cause directe de ce conflit, énumérer les étapes de ce conflit et enfin ses conséquences et les traités qui en résultent.

Introduction:

            Il y a cent ans, éclatait en Europe, la Grande guerre, la der des ders, premier grand conflit mondial qui va mobiliser les pays aussi bien en Europe, en Afrique que dans le Pacifique. Cette guerre tire ses origines des relations internationales tendues qu’entretenaient alors  les puissances européennes depuis 1870. Dès lors, un certain nombre de questions méritent d'être posées: Comment un incident mineur en l’occurrence l'attentat de Sarajevo a-t-il pu conduire l'Europe aux portes de la Guerre et se transformer en une guerre totale qui va embraser d'abord toute l'Europe et le monde entier plus tard? Pourquoi est-on passé d'un conflit localisé à une guerre totale et mondiale? Une seule chose reste sûre, la rapidité avec laquelle ce conflit va se propager en Europe et les enchainement qui suivront montrent qu'il se préparait depuis. Il nous revient alors de remonter les origines de ce conflit, d'énumérer les grandes étapes de son déroulement, de dresser son bilan et dire comment il a été résolu.

           I- Comprendre pourquoi et comment est née la Guerre de 14-18.

         Le conflit qui commence en Europe en 1914 sera le premier des deux grands conflits que va connaitre le monde au 20e siècle. Mais qu'est ce qui a alors pu conduire à ce conflit? Comment expliquer le fait qu'il va rapidement se répandre en Europe et plus tard dans le monde entier? Dans cette partie, on va s'atteler à remonter les origines de ce conflit et à donner sa cause directe.

        a- Les origines lointaines du conflit. La Guerre de 14-18 est un conflit aux origines lointaines. Certes, elles ne sont pas directes, mais elles ont préparé longtemps à l'avance le terrain.

1- Des antécédents territoriaux et coloniaux:

Les Balkans, une situation explosive :1908-1909: l'Autriche-Hongrie a décidé d'annexer la province ottomane de Bosnie-Herzégovine et, de ce fait, se heurte à la Serbie qui est soutenue par la Russie.

La France refuse de faire jouer son alliance avec la Russie et conseille la modération à la Serbie.
oct. 1912: la guerre éclate entre l'Empire ottoman et les petits Etats du Sud des Balkans (Bulgarie, Grèce, Monténégro, Serbie) groupés en ligue balkanique.
La ligue, victorieuse des Turcs, doit accepter l'arbitrage des grandes puissances.
La Macédoine et la Thrace sont partagée; la Serbie doit renoncer à l'Albanie qui devient une principauté indépendante.
1913: nouvelle guerre balkanique. La Bulgarie soutenue par l'Autriche s'oppose aux autres vainqueurs, associés à la Roumanie, pour le partage des dépouilles. La Bulgarie est défaite.
Le traité de Bucarest partage la Macédoine entre la Grèce et la Serbie, la Roumanie s'agrandit vers le Sud et la Bulgarie garde une étroite façade sur la mer Egée.

2- L' Europe en 1914: Un continent, deux systèmes d'alliances. Les crises ouvertes et rapprochées en Europe vont conduire inéluctablement à la création des systèmes d'alliance. On doit même dire que la guerre a éclaté non pas à cause de l'assassinat de François Ferdinand, mais plutôt à cause de l'engrenage du système d'alliances. Mais au fait quels étaient les alliances en Europe à cette période, les pays qui les composaient et de quoi y était- il question? A la fin du 19e siècle et au début du 20e, deux grands systèmes d'alliances se dessinent en Europe: La Triplice ou Triple Alliance, plus ancienne, est l’œuvre du chancelier prussien Otto von Bismarck Ce dernier cherche, sur le plan diplomatique, à isoler la France. En 1879, sous son impulsion, un premier rapprochement a lieu entre l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie. En 1881, l’Italie demande son intégration dans l’association germano-autrichienne par opposition à la France qui a pris pied en Tunisie, territoire que l’Italie revendiquait. Le 20 mai, un accord tripartite voit donc le jour : la Triplice ou Triple-Alliance. Le traité est renouvelé à plusieurs reprises. Consciente de ses faiblesses et surtout de son isolement.

La France signe Le 27 août 1891, une convention militaire secrète avec la Russie. Cette alliance franco-russe est renforcée en 1912 et prévoit une alliance défensive entre les deux pays. La France bénéficie ainsi d’un allié de poids, notamment sur le plan démographique et stratégique, avec la possibilité d’un deuxième front à l’est de l’Allemagne, ou d’un front en Inde en cas de guerre avec l’Angleterre, tandis que l’empire tsariste peut moderniser l’économie et l’armée du pays grâce aux capitaux français. Après la crise de Fachoda en 1898 entre Français et Anglais, les deux États ont réglé leurs différends coloniaux. En 1904, inquiet des progrès économiques et commerciaux de l’Empire allemand et de la puissance acquise sur mer par la flotte allemande, le Royaume-Uni accepte enfin de sortir de son isolement. Théophile Delcassé, fin stratège et opportuniste réussit le rapprochement franco-anglais avec la signature de l’Entente cordiale franco- britannique en 1904. Celle-ci n’est pas un traité d’alliance liant les deux pays, mais leur destin est de plus en plus imbriqué. Enfin, en 1907, à l’instigation de la France, le Royaume-Uni et la Russie règlent leurs contentieux en Asie en délimitant leurs zones d’influences respectives en Perse, en Afghanistan et en Chine. Ainsi naît la Triple-Entente.

 

 

 

 Fichier:Map Europe alliances 1914-fr.svg

3- Course aux armement et psychose de guerre. Les crises ouvertes et rapprochées vont conduire à partir de 1903 en Europe, à une course effrénée aux armements. En réponse à ces tensions, les nations européennes adoptèrent, entre 1871 et 1914, des politiques intérieures et extérieures qui accentuèrent à leur tour le risque d’embrasement. Persuadées que leurs intérêts étaient menacés, elles entretinrent en temps de paix de puissantes armées permanentes, constamment modernisées et agrandies par des mesures de conscription. Sur mer, la recherche de la suprématie navale suscita une concurrence acharnée. En réponse à l’expansion de la marine allemande depuis 1900, le Royaume-Uni développa sa flotte sous le commandement de l’amiral John Fisher. La guerre russo-japonaise (1904-1905) ayant démontré l’efficacité des armements navals à longue portée, les Britanniques construisirent des cuirassés. Remarquables par leur armement lourd, ils furent largement copiés. La course à l’armement, le perfectionnement des techniques et de l’organisation militaires accrurent l’influence des états-majors sur le pouvoir politique. Partout, ceux-ci mirent au point des plans de mobilisation et d’attaque minutieux qu’il était difficile d’arrêter une fois déclenchés. Dans tous les pays européens membres des alliances, on augmente les effectifs mobilisables, l'arsenal de guerre (voir tableau ci dessous)

            Flotte mondiale (en milliers de Tonnes et en pourcentages

 Année

Royaume Uni

Allemagne

France

Etats Unis

Russie

Japon

1880

6.775

32.9

1.182

5.9

919

4.7

4.068

20.3

755

3.8

41

0.2

1900

9.304

35.6

1.942

7.4

1.029

3.9

5.163

19.7

975

3.7

864

3.3

1913

18.696

39.8

5.082

10.8

2.201

4.7

5.428

11.6

974

2.1

1500

3.2

 

Les crises ouvertes et rapprochées en Europe vont conduire à une course effrénée aux armements. Partout, on augmente l’arsenal de guerre et les effectifs mobilisables. Ainsi, en Juin 1913, l’armée allemande passe de 621 000 à 800 000 soldats, en décembre celle de la Russie de 1,2 millions à 1,4 millions. L’obsession de la guerre hante désormais tous les gouvernements et chacun accepte désormais le risque de guerre. L’Europe devient rapidement un baril de poudre, il faut désormais un signal, une étincelle : ce sera Sarajevo. 

 

4- Les rivalités économiques

Elles opposent surtout l’Allemagne à l’Angleterre. A partir de 1890, la rapide expansion commerciale et industrielle de l’Allemagne inquiète les anglais. L’Allemagne va vite devenir maitresse des marchés autrefois détenus par l’Angleterre et va lui faire perdre le monopole pour ces produits ainsi qu’à la France. Ce qui conduit ainsi à des tensions permanentes.

b- La cause directe : Sarajevo, un incident, un engrenage ou comment le jeu des alliances a conduit à la guerre.

  • La crise de l’été 1914

Sarajevo, Bosnie Herzégovine, le 28 Juin 1914, le prince héritier de l’empire d’Autriche- Hongrie l'archiduc François Ferdinand et son épouse sont assassinés par Gavrilo Princip, soutenu par une société secrète nationaliste serbe ("Main noire"). Une "aubaine" pour les dirigeants autrichiens qui voient en cela l'occasion d'en finir une bonne fois pour toutes avec la menace serbe.

  • Ultimatum austro- hongrois

L’enquête policière menée par l’Autriche- Hongrie conduit à une piste serbe. Soutenue par l'Allemagne, l'Autriche-Hongrie adresse donc un ultimatum à la Serbie le 23 juillet qui accepte toutes les conditions exceptées une : l’envoi des policiers autrichiens pour mener l’enquête sur son territoire.

Par ce refus, la puissante Autriche- Hongrie déclare la guerre à la petite Serbie le 28 Juillet 1914. S’en suivra alors l’engrenage des systèmes d’alliance qui va conduire l’Europe aux portes de la guerre.

  • Engrenage des alliances

Suite à la déclaration de la guerre à la Serbie par l’Autriche- Hongrie, la Russie, alliée de la Serbie mobilise son armée le 30 Juillet 1914 ; le 31, L’Allemagne lance un ultimatum à la Russie et lui déclare la guerre le 1er Août ;  le 2 Août, la France mobilise son armée et le 3, l’Allemagne lui déclare la guerre ; le 4, le Royaume Uni déclare la guerre à l’Allemagne : la grande guerre vient de commencer en Europe….

II- LES OPERATIONS MILITAIRES OU COMMENT S’EST DEROULEE LA GUERRE (SES PHASES)

  1. La guerre de mouvements (Juillet 1914-1915)

C’est une guerre au cours de laquelle des offensives sont lancées, le but étant d’anéantir rapidement l’ennemi. Elle va se dérouler sur trois fronts :

  • A l’Ouest : les allemands appliquent le plan Schlieffen, ils violent la neutralité de la Belgique, pénètrent par le nord de la France pour prendre Paris. Les français appliquent le plan XVII : celui-ci consistait à occuper l’Alsace- Lorraine. Finalement, les allemands à cours de munitions et de carburant sont stoppés à 40 km de Paris (une antenne placée au sommet de la tour Eiffel avait capté les communications allemandes où ils réclamaient les renforts). Les français vont donc laisser à bord des taxis parisiens une contre offensive qui aboutit à la miraculeuse bataille de la Marne du 06 au 13 septembre qui permet de repousser les allemands.
  • Sur le front EST, les russes surprennent les allemands par leurs offensives, mais sont stoppés par ceux-ci aux batailles de Tannenberg et des lacs Mazure.
  • Sur le front turc : les turcs déclarent la guerre aux russes et entament l’occupation du Caucase.

La guerre commence aussi dans les colonies, en Asie dans les Balkans et en extrême Orient.

Très vite, les différents Etat Majors vont se rendre compte de l’impossibilité d’une victoire rapide. On change de tactique, on passe désormais à une guerre de tranchées.

  1. La guerre de tranchées (1915-Mars 1918)

Encore appelée guerre de position, c’est une guerre au cours de laquelle les troupes se défendent dans des tranchées bien tenues, l’objectif étant d’empêcher la progression de l’ennemi.

En Europe, cette guerre se déroule sur deux fronts et est marquée par de nombreuses batailles surtout dès 1916 qui est considérée comme l’année des grandes batailles: sur le Front occidental, L'année 1916 est celle des grandes offensives de Verdun (6 mois, presque 800 000 morts) et de la Somme où des masses de « poilus » sont engagées après d'intenses préparations d'artillerie. Ces grandes offensives se soldent par des centaines de milliers de morts sans donner de résultats.

Sur le front EST on a les batailles des Dardanelles, de Kurt al Amara.

C’est aussi au cours de cette ^hase, que de nouveaux pays font leur entrée dans la guerre : empire Ottoman ; Bulgarie du côté de l’Alliance, Grèce, Roumanie et Italie du côté des Alliés.

Dans les tranchées, c’est l’enfer : les soldats font l’apprentissage de la brutalité du combat avec l’utilisation des mitrailleuses, des mortiers et des gaz asphyxiants.

La mondialisation du conflit :

L’ouverture de nouveaux fronts entraine la mondialisation du conflit. Désormais, les combats se déroulent en Afrique, dans le Pacifique, aux Proche et Moyen Orients. Les colonies aussi font leur entrée dans une guerre qui dévient aussi totale (guerre sous marine -avec les batailles du Jutland, de Helgoland et des Dardanelles- et l’utilisation des moyens aériens pour la reconnaissance et le bombardement).

1917 : Année charnière ou tournant du conflit

Les évènements qui se sont produits en 1917 vont faire de cette année, le tournant décisif du conflit :

L’entrée en guerre des Etats Unis : victime du blocus de ses ports, l’Allemagne réagit par une guerre sous-marine à outrance dans l'Atlantique, début février. Les attaques visent, entre autres, les navires marchands américains. Déjà en 1915, ses U-Boot avaient coulé le paquebot anglais Lusitania où se trouvaient 117 citoyens américains. Cette guerre contre « le commerce mondial et la liberté de navigation » dixit Wilson (président américain) va conduire le congrès américain à lever la neutralité des Etats Unis le 02 Avril. Les Etats-Unis entrent alors en guerre Dans son message au Congrès, début avril, le président Wilson déclare : "La récente conduite du gouvernement impérial allemand n'est, en fait, rien moins que la guerre contre le gouvernement et le peuple des États-Unis." Le Congrès américain vote l'entrée en guerre le 6 avril avec près de deux millions de sammies et de tanks

Le retrait de la Russie

Parallèlement, la Russie en révolution va se retirer du conflit. La révolution bolchevique conduite par Lénine en Octobre 1917. Lénine va alors signer plusieurs décrets dont celui sur la paix qui permet aux russes de se retirer du conflit à la faveur du traité de Brest Litovsk de décembre 1917 avec de nombreuses partes territoriales.

Ces deux évènements vont changer le cours de la guerre. Ainsi, libérée du front EST, l’Allemagne passe de nouveau à l’offensive d’où le retour de la guerre de mouvement.

  1. Le retour de la guerre de mouvement (Mars- Novembre 1918)

Les allemands veulent percer le front Ouest avant l’arrivée des américains. Ils lancent des offensives en Picardie, en Artois et Champagne. Ils bombardent Paris avec des canons à longue portée : le long Max et la grosse Bertha. Mais faute de moyens, ils échouent.

A l’Est, les puissances centrales sont usées par le blocus et voient leurs armées affaiblies.

En septembre et octobre 1918, britanniques, français et italiens battent respectivement les ottomans, les bulgares et les austro- hongrois.

A l’ouest, avec les renforts américains et surtout les tanks, les alliés reprennent les offensives dès juillet et forcent les allemands à reculer.

Dès septembre, le général allemand Ludendorff cesse  les combats, le 9 Novembre Guillaume II abdique et le 11, l’armistice est signée à Rethondes après 1561 jours de guerre.

  • BILAN DE LA GUERRE ET REGLEMENT DU CONFLIT

1-  Le bilan de la guerre

La guerre de 14-18 est un conflit au bilan dramatique sur bien de plans. Mais d’un côté, elle aura des aspects positifs.

a)  Le poids des morts et des blessés

Sur les 73,3 millions d'hommes mobilisés au cours de cette guerre (48,2 millions par les puissances alliées et 25,6 millions par les puissances centrales), On dénombre  9,7 millions de morts militaires et de disparus (1 soldat sur 4 a disparu au cours de cette guerre). Ils sont morts au combat, par accident, en détention ou par maladie (grippe espagnole). Il y’a également eu 8 871 248 de civils morts (inclus les victimes du génocide arménien) soit un total de près de 18 millions.

Les pays qui ont payé le plus lourd tribu sont : La France avec  1,4 millions de morts, L’Allemagne : 2 millions, l’empire russe 1,8 millions. Parmi les grandes puissances, c'est proportionnellement la France qui est le pays le plus touché avec la mort de près d'un soldat sur cinq. La Serbie détient cependant le record avec près de 40% de son armée décimée.

La guerre a également causé 21 228 813 de blessés ou d’invalides de guerres : ce sont les gueules cassés.

b- Un désastre économique et financier

Le bilan de la guerre est désastreux sur le plan économique. Cette guerre a entrainé la destruction du potentiel industriel et agricole de nombreux pays. Ce potentiel atteint 50% en France et en Belgique.

Les pays touchés vont connaitre une baisse de leur production industrielle et agricole.

L’économie de ces pays est ruinée à cause de l’effort de guerre : L'appauvrissement des belligérants provient aussi de ce qu'une part notable de leurs ressources avait été consacrée à des productions uniquement militaires. Sans tenir compte des dettes contractées à l'extérieur, il a été calculé que la guerre avait fait perdre à la France l'équivalent de onze années d'investissement (niveau de 1913).

Leurs monnaies sont dévaluées et ces pays vont croupir sous le poids d’une énorme dette. Les monnaies des pays européens étaient gravement affaiblies par le phénomène d’inflation déclenché pendant la guerre

  • La Géopolitique du monde modifiée

Sur le plan géopolitique ou géostratégique, la fin de la guerre marque également celle du cycle hégémonique de l’Europe. C’est désormais les Etats Unis qui deviennent la première puissance économique, financière et militaire du monde. Débiteurs de l’Europe avant la guerre, ils en étaient maintenant les créanciers

  • Conséquences territoriales et politiques

A la fin de la guerre, des empires multiséculaires vont cesser d’exister : empire austro- hongrois, empire russe, (Europe) empire Ottoman.

Neuf États apparurent ou réapparurent en Europe : du nord au sud, la Finlande, les États Baltes (Estonie, Lettonie, Lituanie), la Pologne, la Tchécoslovaquie, l’Autriche, la Hongrie et la Yougoslavie.

Plusieurs États s’agrandirent : la France récupérait l’Alsace-Lorraine ;  l’Italie acquérait le Trentin et l’Istrie ; la Roumanie recevait la Transylvanie.

D’autres furent réduits : la Bulgarie perdit son accès à la mer Méditerranée, la Turquie fut limitée à Constantinople et à l’Asie Mineure et abandonna toutes ses possessions arabes, l’Allemagne fut coupée en deux par le corridor de Dantzig et perdit (à l’ouest et à l’est) le 1/7e de son territoire (88 000 km2); en outre elle dut céder la totalité de ses territoires coloniaux.

La plus grande partie des colonies enlevées à la Turquie et à l’Allemagne fut partagée entre la France et l’Angleterre, sous forme de mandats de la Société des Nations,

La SDN fait son apparition

  • Les autres conséquences

La grande guerre a été à l’origine de l’essor technologique : Au plan technique, les nécessités d’utiliser pendant la guerre une main-d’œuvre peu qualifiée avaient poussé l’industrie européenne à développer le travail à la chaîne, on note aussi l’essor de l’armement, de l’aviation

L’utilisation des canons à longue portée, des obus sera désastreuses pour les villes et leurs infrastructures : Les destructions matérielles ont été considérables dans la France du nord et de l'est, en Belgique, en Italie du nord et dans les territoires polonais de l'ancien Empire russe. L'Angleterre a perdu une part notable de sa flotte de commerce (7 800 000 tonnes).

On note également des bouleversements sociaux : chômage, réduction des naissances, nourriture rationnée, apparition des épidémies.

  1. Règlement du conflit

La fin de la guerre va donner lieu à la convocation de traités et conférences de paix : Traité de Versailles avec l’Allemagne : 28 juin 1919,  Traité de Saint-Germain-en-Laye avec l’Autriche : 10 septembre 1919, Traité du Trianon avec la Hongrie : 4 juin 1920,  Traité de Neuilly avec la Bulgarie : 27 novembre 1919,  Traité de Sèvres avec la Turquie : 11 août 1920. Mais c’est de Versailles que viendront les décisions les plus importantes.

Sur le plan territorial, l’Allemagne perd ses territoires (Posnanie, Silésie, Rhénanie, Alsace Lorraine) redistribués aux vainqueurs ainsi que ses « colonies » : Togo, Kamerun, Sud ouest africain

Sur le plan militaire, ce qu’il faut retenir, c’est la démilitarisation de l’Allemagne qui passe par la réduction des effectifs, la suppression du service militaire et l’interdiction de posséder des armes lourdes.  

Sur le plan financier, reconnue comme principal responsable de la guerre, l’Allemagne doit payer des dommages et réparations qui s’élèvent à 269 milliards de marks- or. De plus, elle doit livrer son bétail, ses machines et accorder des avantages douaniers.

Conclusion : Il y a près de 102 ans, éclatait la première guerre mondiale, conflit qui allait mobiliser les belligérants sur plusieurs fronts. Cette guerre sera un conflit au bilan humain dramatique, aux conséquences matérielles graves et surtout, elle va modifier la géopolitique du monde. Malheureusement, les décisions prises pour résoudre cette der des ders vont ouvrir les vannes au déclenchement d’un nouveau conflit encore plus grave.

 

 

 

 

 

 

 
   

  

29 votes. Moyenne 2.59 sur 5.

Commentaires (1)

1. Modjom ariane@yahoo.fr (site web) samedi, 17 Novembre 2012

correction de l'épreuve d' ECM et HISTOIRE

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : samedi, 23 Avril 2016

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×